La croisière ne s’amuse pas!

1945. Il est 00h14 alors que le croiseur USS Indianapolis, en transit et sans escorte, de Guam aux Philippines, est atteint de deux torpilles, gracieuseté du sous-marin I-58 de la Marine impériale japonaise.

300px-USS_Indianapolis_at_Mare_Island

Quatre jours plus tôt, l’Indianapolis livrait à la base de l’île Tinian les composantes majeures pour l’assemblage final des bombes nucléaires qui allaient pulvériser, les 6 et 9 août les villes d’Hiroshima et de Nagasaki.

300px-IJN_SS_I-58(II)_on_trial_run_in_1944

Mortellement atteint, le bâtiment coule dans les minutes qui suivent, emportant 300 marins vers le fond.  Près de 900 marins survivent à l’attaque.  Par contre, bon nombre d’entre eux envieront leurs camarades noyés dans le naufrage, car leur calvaire ne fait que commencer.

240px-USS_Indianapolis-last_voyage_chart

Avant de couler, des messages de détresse sont envoyés.  Trois stations capteront ces messages, mais sans réagir; un parce que l’officier en poste est trop saoul, un autre parce que le commandant du poste avait exigé  de ne pas être dérangé et le dernier parce que l’officier est convaincu que le message ne peut être qu’un piège tendu par les Japonais.  Pire, le retard du navire à sa destination ne sera même pas remarqué, jusqu’à ce qu’un hydravion commence à cueillir des marins en mer, presque 4 jours plus tard.

À la vitesse où le navire a coulé, très peu d’embarcations auront pu être déployées, de sorte que la grande majorité des naufragés n’auront que leur veste de sauvetage pour rester à flot durant l’interminable attente de secours.   Au fil des jours, plusieurs feront office de buffet flottant en cette  mer des Philippines infestée de requins, alors que d’autres succomberont à l’hypothermie, la déshydratation, la faim ou, en étant en proie de délire, s’être enlevé la vie ou celle d’un collègue.  Au final, seuls 317 marins survivront à cet enfer, dont le commandant Charles B. McVay, pour qui la perte de son vaisseau et ses hommes aura vraiment gâché son jour de fête.  Hanté par le remords, il s’enlèvera la vie en 1968.  Pour sa part, son adversaire, le commandant du sous-marin japonais, Mochitsura Hashimoto se recyclera éventuellement en prêtre shinto.

USS IndianapolisCourage

Si cette histoire vous a plu, c’est avec plaisir que je vous annonce qu’elle vous sera racontée au cinéma dès juin prochain, sous le titre USS Indianapolis : Men of Courage, mettant en vedette Nicolas Cage dans le rôle du commandant McVay, plus plein d’amis flottants et de requins souriants, sûrement…

requin souriant

Posted in De jour en jour | Leave a comment

Opération Gomorrhe

1943. « Le soleil se levait sur la terre quand Loth entra dans le Tsoar. Alors l’Éternel fit tomber sur Sodome et sur Gomorrhe une pluie de soufre et de feu ; ce fut l’Éternel lui-même qui envoya du ciel ce fléau. Il détruisit ces villes et toute la plaine, et tous les habitants de ces villes. La femme de Loth regarda en arrière, et elle devint une statue de sel. Abraham se leva de bon matin et se rendit à l’endroit où il s’était tenu en présence de l’Éternel. De là, il tourna ses regards du côté de Sodome et de Gomorrhe et vers toute l’étendue de la plaine ; et il vit monter de la terre une fumée, semblable à la fumée d’une fournaise. » Genèse 18 :20-21

300px-Lancaster_I_NG128_Dropping_Load_-_Duisburg_-_Oct_14_-_1944_new

Un peu avant minuit, la ville de Hambourg reçoit la visite de 787 appareils de la Royal Air Force, venus lui faire une généreuse offrande de cookies, ou bombes blockbuster.  Les tonnes de bombes incendiaires larguées sur cette ville en feront un immense brasier, causant la majorité des victimes civiles de l’opération, s’élevant à 42 600 morts, 37 000 blessés et environ un million de réfugiés.  Ils en remettront deux jours plus tard, cette fois avec une sortie de près de 700 avions bourrés de cadeaux explosifs.

OperationGomorrah

C’est la sortie la plus meurtrière d’une opération débutée le 25 juillet, qui se terminera le 3 août.  À elle seule, l’opération Gomorrhe, également surnommée par les britanniques de Hiroshima Allemand,  fera autant de victimes que toutes les opérations aériennes allemandes en Grande-Bretagne.

Nul besoin de la main divine pour créer l’enfer…

Posted in De jour en jour | Tagged , , | Leave a comment

Nous sommes Charlie

1534. ‘’Longue vie au roi de France!’’, de déclarer Jacques Cartier en plantant sa croix à Gaspé.

Jacques_Cartier_by_Hamel

Le grand explorateur, mandaté par Son Altesse Royale, François 1er, pour prendre en son nom possession de cette vaste contrée, est encouragé par l’accueil sur cette berge, même s’il le sent un peu tiède, des sauvages témoins du cérémonial.  Ceux-ci scanderont en chœur ‘’Bazumba, Bazumba!…’’ après chacune de ses phrases.  Plus tard, durant la visite protocolaire des lieux, le chef Donnacona fera preuve de délicatesse en s’assurant que son invité évite de mettre le pied dans de la bazumba…  On peut d’ailleurs voir notre héros, songeur, sur le chemin du retour, faisant enfin le lien entre bazumba et pommes de route.  Il s’en remettra.

Malgré le riche potentiel de la Nouvelle-France,  les souverains Français auront, l’un après l’autre, fait preuve d’un manque d’enthousiasme navrant pour cette colonie, perdant celle-ci aux mains de sa rivale britannique.  Il aura fallu attendre 4 siècles pour voir enfin un chef d’État français débarquer et dans un souci de redonner, mettre un peu, beaucoup, le feu aux poudres.

1967.’Vive le Québec, vive le Québec… libre!’’, de s’exclamer Charles de Gaulle, président de la République française, du haut du balcon de l’Hôtel de Ville de Montréal, provocant le délire dans la foule massée, alors que ses hôtes, le maire Jean Drapeau et le premier ministre Daniel Johnson sont momentanément frappés d’une arythmie.

deGaulleMtl

Il ne devait que saluer la foule, mais un micro, branché, avait malencontreusement été oublié là.  Sacré Charles!…

Posted in De jour en jour | Tagged , , , , , , , , | Leave a comment

Homo Bellicus

1914. Quelques semaines après l’assassinat à Sarajevo de l’archiduc autrichien Franz Ferdinand et de sa femme par un nationaliste serbe, l’ambassadeur austro-hongrois, le baron Giesl von Gieslingen, livre au ministère des Affaires étrangères de la Serbie une série de requêtes sous forme d’ultimatum. Le délai est fixé à 48 heures pour y répondre.

von Gieslingen

Les autorités serbes accepteront la majorité des conditions énumérées dans l’ultimatum, refusant par contre l’ingérence austro-hongroise dans la commission d’enquête sur l’assassinat de l’archiduc.  Blâmant la Serbie pour l’attentat, ce sera le prétexte pour l’empire austro-hongrois, avec la complicité de l’Allemagne, de frapper rapidement ce pays avant que la Russie, son principal allié et dans une moindre mesure, la France et la Grande Bretagne ne réagissent.  Une p’tite vite, comme on dirait ici.  Or, tous les pays pensent la même chose (la p’tite vite), les déclarations de guerre affluant de partout, les pieds se multipliant dans l’engrenage.  On se retrouve donc à 48 heures d’un beau cirque qui au final s’étirera sur 4 ans, 3 mois et 2 semaines, impliquera une centaine de pays (donc une meilleure participation qu’à bien des olympiques) et causera des millions de victimes.  On l’appellera la Grande guerre…

Posted in De jour en jour | Tagged , , | Leave a comment

Loup-de-guerre

1304. Dans le cadre de la première guerre d’indépendance de l’Écosse, le dernier château, celui de Stirling, passe sous contrôle anglais.

stirling-castle

En fait, il faut préciser que cette imposante forteresse, stratégiquement située en hauteur aux abords du fleuve Forth, changera de mains à quelques reprises durant les hostilités.

315px-River_Forth_course_3

Assiégés par les troupes anglaises et bombardés par des engins de siège depuis quelques mois, les écossais avaient décidé de se rendre en voyant les Anglais finaliser l’installation devant leurs portes d’un imposant trébuchet, le plus gros jamais vu.  Sir William Oliphant offre donc sa reddition au roi Édouard I d’Angleterre, mais ce dernier la refuse, n’ayant pas encore eu le bonheur de voir son tout nouveau jouet de guerre, affectueusement baptisé ‘’Warwolf’’, à l’œuvre.

Stirling_Warwolf_Trebuchet

Et pour cause, une arme lourde pouvant lancer avec grande précision des projectiles de 135 kilos, ayant nécessité les efforts de 5 maîtres charpentiers et 49 manœuvres durant 3 mois, se devait de faire la démonstration d’un retour sur investissement.  C’est ce qu’elle fera de façon convaincante en pulvérisant les portes en quelques jets.

Le souverain est tellement content de ce qu’il a vu, que non seulement accepte-t-il la reddition sans condition de la cinquantaine de militaires qui défendaient la forteresse, mais les épargne, ce qui va contre la coutume moyenâgeuse (encore respectée sept siècles plus tard) de massacrer l’ennemi.  En fait, seul le traître qui avait fait basculer le contrôle du château aux mains des Écossais quelques années plus tôt, se verra séparé de sa tête.

En plus de saluer la magnanimité du bon roi Édouard I pour le sort réservé à l’ennemi en cette occasion, il serait de bon ton de souligner que le Warwolf n’aurait préalablement pas été testé sur des animaux, une initiative sûrement appréciée aujourd’hui par la Humane Household Products

Posted in De jour en jour | Tagged , , , , | Leave a comment

De choses géorgiennes

1717. C’est soir de première, en ce 17 juillet 1717 (attention aux chiffres 7, 17 et 34 au Lotto Max, ce soir) les deux premières suites de l’œuvre ‘’Water Music’’ de Georg Friedrich Handel.

300px-GeorgIvonGroßbritannienGeorgFriedrichHaendelHamman

À la demande du bon roi Georges 1er, la prestation se fera sur la Tamise.  Son cousin, le Capitaine Évidence, se serait empressé de qualifier la performance d’une création intitulée Musique sur l’eau, sur l’eau, de lumineuse.  Cinquante musiciens sont donc installés sur une barque accompagnant le navire royal pour la traversée de Whitehall à Chelsea.  Le roi aime tellement qu’il en redemande.  Vous comprendrez ici que lorsqu’un roi en redemande, il faut en redonner.  Les musiciens auront quand même un peu de répit lors de l’escale à Chelsea, le temps de la sustentation royale, puis répéter la même performance, également deux fois, la toune étant trop courte pour meubler toute la durée du trajet, sur le chemin du retour.  On apprendra plus tard que ça aura été l’unique performance fluviale, les citoyens de Saint-Lambert ayant protesté contre le bruit.

1917. 200 ans et 4 Georges plus tard, toujours en ce 17 juillet, le bon roi Georges V proclame le changement de nom de la dynastie de la maison royale de Saxe-Cobourg-Gotha à Windsor.

Badge_of_the_House_of_Windsor.svg

Sa grand-maman, la bonne reine Victoria, avait épousé en 1840 Albert de Saxe-Cobourg-Gotha, d’où l’origine du nom, selon la logique de la lignée agnatique. Or, la Première Guerre mondiale fait toujours rage et l’appellation de consonance germanique de la famille royale britannique cause de sérieux malaises.

 

C’est donc l’occasion rêvée pour entreprendre Das Ménage; d’ailleurs les p’tits cousins Battenburg en profitent, se convertissant subtilement à Mountbatten.

220px-A_Good_Riddance_-_George_V_of_the_United_Kingdom_cartoon_in_Punch,_1917

Dire que le centre Bell aurait pu avoir la gare de Saxe comme voisine…

P’tites vites d’actualité :

Les médias soulignent que Barack Obama est le premier président en exercice de l’histoire à visiter une prison américaine.  Plusieurs auraient sûrement rêvé que l’évènement ait également été assorti d’une audience avec son prédécesseur (tiens, encore un Georges) à la Maison-Blanche, détenu dans cette geôle suite à une condamnation pour crimes de guerre.  Faudra donc attendre.

Innutile d’insister, le ministre Couillard n’a pas l’intention d’aller parlementer avec le chef de la communauté de Nutashkuan.  D’ailleurs, il préfèrerait la laitue Boston à la Romaine…

Posted in De jour en jour | Tagged , , , , , , , | Leave a comment

Jérusalem libérée

1099. Suite à un siège de 5 semaines, ponctué de quelques tentatives infructueuses par les croisés, un dernier assaut entrepris l’avant-veille par ceux-ci vient finalement à bout des défenses de Jérusalem, l’objectif ultime de cette première croisade.

280px-Godfrey_of_Bouillon_and_leaders_of_the_first_crusade

Pour les 1 500 chevaliers et 12 000 soldats croisés, il était temps que l’aventure aboutisse, ces derniers souffrant davantage de faim et de soif (avaient-ils oublié leur lunch, ou de contracter un service de traiteur?) que les assiégés.  De plus, la rumeur courrait que des troupes fatimides étaient en route d’Égypte pour venir contrer le siège.

Counquest_of_Jeusalem_(1099)

C’est donc la ‘’libération’’ de Jérusalem par les croisés, ceux-ci massacrant joyeusement les occupants musulmans et juifs par milliers à l’intérieur de ses murs, heureux enfin de compléter le mandat de reconquête de la Terre Sainte pour la chrétienté, commandité originalement comme pèlerinage quatre ans plus tôt par le pape Urbain II.

Il est bon de noter ici qu’il était de coutume moyenâgeuse pour les conquérants, toutes confessions ou races confondues de se taper, en plus du pillage, un petit massacre de la population conquise, question de bien assoir son autorité sur les survivants.  Or il semblerait que dans ce cas, les croisés auraient fait preuve d’un zèle quelque peu excessif, donnant plus que leur 110% d’effort, comme peut l’illustrer un passage de la description des combats par des chroniqueurs francs : « Entrés dans la ville, les pèlerins poursuivaient, massacraient les Sarrasins jusqu’au Temple de Salomon… où il y eut un tel carnage que les nôtres marchaient dans le sang jusqu’aux chevilles ».

180px-StatueUrbanII

Le pape Urbain II décèdera deux semaines après la conquête des croisés à Jérusalem, mais, ironie du sort, avant que la bonne nouvelle ne parvienne à ses oreilles.

Mon intérêt récent pour l’histoire me force à constater que près d’un millénaire plus tard, même si la race humaine a depuis longtemps quitté le Moyen Âge, certains gestes prouvent qu’il y a encore du Moyen Âge en nous.

Posted in De jour en jour | Tagged , , | Leave a comment

Bastille

1789. Rien ne va plus à Paris, où le mouvement de révolte se généralise. La rumeur circule que les troupes royales sont aux portes de Paris et au Champ de Mars. Plusieurs armuriers ont été soulagés de leurs inventaires, mais le manque d’armes pousse les émeutiers ce matin vers l’hôtel des Invalides, réputé y contenir un important arsenal.  Le gouverneur en poste les laisse investir les lieux sans opposition et on en y ressort avec 28 000 fusils et une vingtaine de canons.

C’est une excellente récolte d’armes, sauf qu’aucune poudre n’y est trouvée.  C’est la frustration, mais quelqu’un mentionne que la poudre serait emmagasinée à la Bastille, cette glauque forteresse médiévale servant de prison.  On peut donc deviner vers où la foule se précipite.  Sur leur chemin, les émeutiers sont interpellés devant l’Hôtel de Ville par le prévôt des marchands, le sire de Flesselles, qui tente de les calmer.  Malheureusement, sa tête accompagnera, du haut d’une pique, la vague joyeuse, alors que le reste de son corps restera derrière, pendu à une lanterne; ça lui vaudra l’insigne honneur d’entrer dans l’histoire à titre de première victime officielle de la Révolution.

Bastille

À la Bastille, on tentera de gagner du temps en négociant avec les émeutiers, mais c’est tout ce que la garnison défendant le château obtiendra, avant que les lieux ne soient investis de force en fin d’après-midi.  C’est la prise de la Bastille!

Bastilleprise

Sa démolition sera entamée le soir même par un entrepreneur du nom de Pierre-François Palloy avec quelque 800 ouvriers, aidés du peuple qui se rue sur le site pour y cueillir des souvenirs.  Le MTQ aurait-il pensé à son entreprise pour la démolition de l’échangeur Turcot?

Bastille_demolition

Pendant ce temps à Versailles, après une journée plutôt plate, revenu bredouille d’une sortie de chasse, le bon roi Louis XVI apprend de la bouche du duc François de La Rochefoucald-Liancourt ce qui s’est passé dans la capitale.  Au lieu de répéter son mantra habituel ‘’tout va bien, tout va très bien’’ comme un maire d’une lointaine colonie, il s’exclamera ‘’Mais c’est une révolte!’’, ce à  quoi il se fera répondre ‘’non, Sire, une Révolution.’’

La Révolution Française est bien entamée.  Bonne fête, les cousins!

Posted in De jour en jour | Tagged , , , , | Leave a comment

Big, Blacked-Out Apple

1977. Il y a de l’orage dans l’air en cette chaude et humide soirée new-yorkaise. La foudre frappe à 20h37 la sous-station de Buchanan South, où sont transformés 345 kV d’électricité. La vétusté des installations, jumelée à deux frappes additionnelles de la foudre quelques instants plus tard sur des lignes de transmission et la surchauffe des circuits causés par des efforts de délestage inadéquats culminent 50 minutes plus tard à la panne totale du réseau électrique desservi par Con Edison.

Blackout77

New York est plongée dans le noir.  Le courant ne commencera à être rétabli, de façon partielle, que le lendemain matin; l’effort de réapprovisionnement ne sera complété pour tout le réseau qu’en fin de soirée.

NY Times 77

Mais il n’y a pas que la météo qui est à l’orage.  Le climat économique est mauvais et la région est aux prises avec un tueur en série s’auto proclamant The Son of Sam, toujours en liberté.  La panne généralisée sera le prétexte pour une vague d’incendies, de vandalisme et de pillage de commerces sans précédent dans plusieurs quartiers.  Dans le seul arrondissement de Broadway, trente-cinq pâtés de maisons seront détruits, incluant 134 commerces pillés, dont 45 incendiés.

NYCBO77

Au final, on comptera des dommages à 1 616 commerces, 1 037 alertes d’incendies, près de 550 policiers blessés et 3 776 arrestations.  C’est plus de casse en moins de 24 heures que ce que les fans du Canadien et les carrés rouges réunis ont pu cumuler depuis.

Au moment de plonger dans le noir, au stade Shea où les Cubs menaient 2-1 sur les Mets en 6e manche, l’organiste maison jouait ‘’Jingle Bells’’, question de rafraîchir l’assistance.  Quelle excellente idée!  J’en profite donc pour vous rappeler qu’il ne reste que 164 jours avant Noël…

Posted in De jour en jour | Tagged , , | Leave a comment

Bing et Don

Réjouissez-vous!  Selon le calendrier républicain français, c’est aujourd’hui le 19e jour du mois de messidor, jour dit de la cerise.

220px-Cherry_Stella444

Ça tombe bien, car elles sont délicieuses et enfin offertes à un prix presque abordable, même si toujours beaucoup plus élevé que le prix du litre d’essence, malgré les efforts louables de nos pétrolières pour niveler ça vers le haut, bien entendu.  J’en ai cueilli hier deux sacs de la variété Bing chez mon ”pusher” local en fruits et légumes, dont un que j’irai porter à ma maman préférée, une fois cette petite chronique terminée.

 

170px-Bing_Cherries_(USDA_ARS)Sucrée et légèrement acidulée, en plus de ses propriétés antioxydantes et un tantinet laxatives, la cerise est une bonne source de fibres, de vitamines C et B3.  Elle se cultive un peu partout dans le monde, surtout en Turquie et aux USA.  La saison des récoltes se passe en général entre la fin mai et la mi-août.

Il faut par contre faire attention à la variété Don, unique (Dieu merci!), plutôt indigeste pour plusieurs et diffusée de la région de Toronto. Celle-là sévit tout le reste de l’année, coïncidant donc avec la saison de hockey.  Mais qui sommes-nous pour critiquer les goûts des voisins du ROC?…

Bon apétit!Cherry

Posted in De jour en jour | Tagged , , | Leave a comment