Le choix du Président

1793. Grande journée de cérémonie d’investiture pour George Washington, le président américain, où il entreprend son deuxième mandat. Cette date, la même pour tous ses successeurs, sauf pour de rares exceptions, sera avancée au 20 janvier à partir de 1937.

portrait de G.S. Williamson

portrait de G.S. Williamson

Il avait été entendu dans la Constitution que l’investiture suivrait 4 mois après le jour d’élection, lui-même fixé le mardi suivant le premier lundi de novembre, donc dans la fenêtre du 2 au 8 novembre.  Or suite à l’élection en 1932 de Franklin Roosevelt, alors que le pays est en pleine crise (la Grande Dépression) et que le président sortant Herbert Hoover est très impopulaire, d’aucuns jugent que cette période de transition entre l’ancienne et la nouvelle administration est beaucoup trop longue.  ‘’Pas de problème’’, s’écrieront les législateurs (comme dirait un vendeur local de fenêtres).  Ils ratifient donc le 6 février 1933 un 20e amendement à la Constitution, changeant cette date au 20 janvier, la mise en application étant fixée pour le mandat suivant, soit en 1937.  Avis aux férus de numérologie, les deux dates significatives ici sont 1793 et 1937…

250px-Inaugural_parade_2005  250px-Inauguration-01-20-2009

Pour ce qui est de la logistique, le lieu choisi pour la cérémonie variera entre la Maison Blanche et le Capitole.  Mais pas celui sur la rue Saint-Jean.

Capitolenon

Si nous voulions calquer le modèle américain, nos traditions électorales seraient significativement secouées.  Imaginez la terrible routine de devoir voter, à jour fixe, pour vos représentants tant au niveau fédéral que provincial, de même qu’au municipal et à la commission scolaire?  Et pourquoi ne pas y ajouter des référendums, le tout en une seule visite au bureau de scrutin local?  Remercions le Ciel d’être garni de politiciens créatifs qui adorent l’effet-surprise des dates aléatoires, même si leurs choix hautement stratégiques ont la malencontreuse tendance à se retourner contre eux.

1945. De présidence à royauté, la princesse Elizabeth joint aujourd’hui la British Auxiliary Transport Service à titre de chauffeur. Pour les plus jeunes qui ne la reconnaîtraient pas sur la photo, c’est la ‘’II’’ en devenir. Elle comprendra vite l’importance, non pas d’avoir les deux mains sur le volant, mais de garder tout le parc automobile sous sa main.

article-2149307-134385B0000005DC-31_634x529

1966. De royauté à sainteté, John Lennon affirme en point de presse que les Beatles sont plus populaires que Jésus. Ce commentaire somme toute anodin sera pris au premier degré par l’Amérique chrétienne. Après la chasse aux communistes de l’ère du McCarthyisme, une odeur d’Inquisition menacera ces coccinelles musicales hérétiques.

Beatles

Une chance qu’il n’a pas cité un autre prophète…

Posted in De jour en jour | 1 Comment

Victoria, Stanley & CNRHL

1875. Grande première mondiale, alors que le Victoria Skating Rink de Montréal accueille le premier match de hockey intérieur. C’est également le premier match préalablement annoncé dans un journal, la Gazette, ainsi que résumé dans l’édition du lendemain.

250px-Victoria-rink-1893

Pour ce match inaugural, on verra d’autres premières, dont l’instauration de règles (incluant la limite de 60 minutes) et la participation d’un arbitre, la quantité de joueurs (9 pour chaque équipe), l’introduction de gardiens de buts et l’utilisation d’un palet de bois, l’ancêtre de la rondelle.   Les équipes  sont formées de membres du club de patinage de Victoria et d’étudiants de l’université McGill.  Pour l’occasion, l’équipement, des patins et bâtons empruntés du shinny, sera importé de Nouvelle Écosse par James Creighton, l’instigateur de l’évènement.

Jusqu’à ce moment, le projectile le plus souvent utilisé étant la balle de crosse, il faut une alternative avec moins de potentiel meurtrier, la surface de jeu étant réduite (à peu près les dimensions d’une patinoire moderne), la présence de fenêtres, mais surtout celle de spectateurs en bordure de l’aire de jeu, alors que la bande est encore inexistante.  Le palet, ou rondelle de bois, qui ne fera que glisser sur la glace est adopté.  Il va sans dire que les mises en échec et les passes par la pas-de-bande ne sont pas permises.

L’édifice de deux étages, construit au 49 (depuis changé au numéro civique 1187) rue Drummond, sur un budget de 12 000$, avait ouvert ses portes le 24 décembre 1862, un beau jour, quoi!  Parmi les faits marquants, on notera que c’est le premier building à être électrifié au Canada.  En février 1889, le Gouverneur Général du Canada, Lord Frederick Arthur Stanley, 1er baron Stanley de Preston, 16e comte de Derby, y verra son premier match de hockey.  L’honorable monsieur sera tellement emballé qu’il offrira une coupe en son nom, dont le premier récipiendaire  en 1893 sera le Montreal Hockey Club.

240px-Lord_Stanley_of_Preston 220px-Premiere_Coupe_Stanley_1893 220px-First_Stanley_Cup

 

C’est dans ce building également que pour la première fois, le score sera retransmis ‘’LIVE’’ grâce à un lien télégraphique, justement durant une finale de la coupe du monsieur ci-haut mentionné entre Montréal et Winnipeg en 1896.

L’entretien inadéquat au début du siècle contribuera au déclin du building, qui sera finalement vendu en 1925 à la Stanley Realty Corporation, qui le démolira pour y ériger un garage pour stationnement.  Le tout dernier match, une demi-finale, sera disputé le  3 mars 1925 (Joyeux 50e!) entre les employés du garage et les ceux des bureaux du Canadian National Railway Hockey League, devant une assistance de 1 200 personnes.

Posted in De jour en jour | Tagged , , , | Leave a comment

Paria de la politique

1872. Louis Riel accepte une ‘’prime de départ’’ de 1 000$, offerte par le premier ministre John A. Macdonald, bonifiée de 500£, gracieuseté du baron Donald Alexander Smith de la Compagnie de la Baie d’Hudson (HBC) et quitte pour Saint Paul, au Minnesota. C’est une année d’élection. Si le capital de sympathie pour le franco manitobain gagne au Québec, c’est tout le contraire en Ontario, où sa tête est même mise à prix.  Le premier ministre Macdonald a tout avantage à ce que Riel se fasse invisible pour un temps, d’où l’offre d’exil.  Mais n’ayez crainte, il reviendra…

240px-Louis_Riel John_A_Macdonald_(ca._1875) (1) 220px-LordStrathcona

Pour les esprits tordus qui tenteraient ici de faire un parallèle avec un ministre de l’Éducation fraîchement retraité, il faut quand même reconnaître la toxicité des deux personnages dans les arènes politiques de leur époque respective; mais là s’arrête définitivement la ressemblance, si l’on résiste à la tentation de jouer du Photoshop, bien sûr.  Par contre, avouez que le potentiel de ressemblance serait plus troublant avec le chef conservateur…

ybolduc

La Confédération n’a que cinq ans.  Le Canada vient tout juste d’acquérir de la HBC, pour la modique somme de 1,5M$ la vaste étendue de la Terre de Rupert (zone ombragée) et des Territoires du Nord-Ouest  (tout le reste au nord et à l’ouest, sauf l’Alaska).

220px-Ruperts_land.svg

La transaction s’avèrera plus heureuse pour le pays qu’une autre conclue, près d’un siècle et demi plus tard, avec la chaîne Target.

Le processus n’aura pas été sans heurts puisque les conditions de l’inclusion de la nouvelle province du Manitoba ont dû être négociées avec Louis Riel, ce chef Métis agitateur à l’origine de la rébellion de la rivière Rouge.

Pouvons-nous imaginer, ne serait-ce qu’un bref instant, un scénario où la transaction se serait soldée dans l’autre sens, la HBC achetant le Canada?

220px-Hudsons_Bay_Company_Flag.svg Iiiiiiii!…

Pour terminer, un petit mot ici à propos de Donald Alexander Smith, premier baron Strathcona et Mont Royal, le barbu d’origine écossaise brièvement mentionné en début de chronique.  Il est moins connu, mais demeure un joueur influant dans notre histoire.  Il aura été négociant de fourrure et d’immobilier (président de HBC), financier (président de la Banque de Montréal), magnat de chemin de fer (cofondateur du Canadien Pacifique), politicien et, comme on dit dans les annonces commerciales, bien plus encore.  Grand philanthrope, il fera l’acquisition, avec  son cousin, Lord Mount Stephen, des terrains et contribueront 1M$ chacun à la ville de Montréal pour la construction de l’hôpital Royal Victoria.

297! 

Posted in De jour en jour | Tagged , , , , , , , | Leave a comment

Gustav & Schlomo

Ah février, court mois qui n’en finit plus de nous les geler!

1907. Suite à quelques échanges amicaux de correspondance ayant débuté l’année précédente, Carl Gustav Jong rencontre LIVE pour la première fois Sigmund Schlomo (à ne pas confondre avec la famille Slomeau de RBO) Freud à Vienne.  Ils devaient en avoir long à se dire puisque cette rencontre durera environ 13 heures.

CGJung   Sigmund_Freud_LIFE

L’amitié et l’admiration mutuelle s’estompera graduellement, alors que Freud voit son ‘’protégé’’ se distancier de certaines de ses théories, pour tourner en animosité ferme lorsque Jung suggère à l’autre que l’inconscient peut être source de créativité, pas seulement le gardien sombre de motivations et de pulsions réprimées.   Dès lors, on ne pourra plus accueillir dans la même pièce les divans de ces deux têtes fortes de la psychanalyse.

Histoire de meubler un peu cette courte page, notons l’anniversaire de Chelsea Victoria Clinton, la seule pouvant se vanter d’avoir été fille d’un président, puis fille d’une secrétaire d’état.  N’en déplaise à Jeb, le troisième prétendant de la dynastie Bush, peut-être pourrait-elle ajouter bientôt celui de fille de présidente à son pedigree…

On se retrouve en mars.

Posted in De jour en jour | Tagged , , | Leave a comment

De la fragile intégrité architecturale

C’était la panne sèche pour l’apprenti chroniqueur ce matin, au point de considérer faire la buissonnière.  Mais, voici…

1794. À Copenhague, un incendie détruit le château de Christianborg, du moins sa première mouture. La source du brasier de ce magnifique palais royal de style baroque (en fait, la version française du wiki dit rococo) serait dans la cheminée des appartements du prince héritier. L’histoire ne dit pas si le jeune y fumait en cachette ou tentait de faire disparaître un bulletin gênant.

220px-Den_danske_Vitruvius_1_tab022_-_Prospect_af_det_Kongl_Slott_Christiansborg_imod_Hoved_Indgangen  220px-Christiansborgs_brand_1794

Les illustrations montrent le palais avant et durant le l’incendie.  L’illustrateur a dû faire vite pour dessiner le deuxième tableau, car la destruction fut assez rapide.

Relogés par le Gruppe Kalinet au palais Amalienborg, la famille royale devra patienter jusqu’en 1828 avant que le palais ne renaisse de ses cendres, cette fois dans un style Empire français.  Probablement à bout de patience, ou peu impressionné par le nouvel ouvrage, le souverain du moment, le roi Frederik VI ne s’en servira que pour recevoir et ‘’entertainer’’ la visite et les deux chambres du Parlement.  Le palais brûlera encore en 1884; espérons qu’ils avaient une police qui pardonne…

220px-Christiansborg_bagside-1  Christiansborg_Slot_Copenhagen_2014_02

Enfin, le palais Christiansborg, version 3, voit le jour en 1938, encore après 25 ans de travaux.  Note ici d’exclure les soumissionnaires danois pour le pont Champlain.   Durant la construction, on y découvrira les vestiges de ruines des châteaux d’Absalon  et de Copenhague, datant du XIIe siècle et XIVe siècle respectivement.  Cette superbe structure, cette fois-ci de facture néobaroque, a conservé les ruines, accessibles au public et abrite entre autres le Parlement et la Cour Suprême.

1993. Plus près de nous, un autre ouvrage architectural est attaqué, cette fois par un acte terroriste. Les dégâts sont sérieux, quoiqu’insuffisants pour menacer la structure de l’édifice.

World_Trade_Center,_New_York_City_-_aerial_view_(March_2001)  220px-WTC1993_BlastDamage

Un camion bourré d’explosifs saute dans le garage de la tour nord du World Trade Center. L’objectif est que la déflagration fasse vaciller la tour de 110 étages, qu’elle frappe sa jumelle et qu’elles s’écroulent ensemble.  La tour résiste et il n’y aura que 6 décès.  Ce ne sera, hélas, que partie remise.

1995. Ok, une p’tite dernière dans la catégorie d’écroulements. Celle-ci est virtuelle. La Barings Bank, la plus vieille institution bancaire d’Angleterre, fondée en 1762, fait faillite suite aux opérations folles de placement de Nick Leeson, un de ses jeunes traders, dans les marchés dérivés.  Elle sera rachetée par la banque ING, pour la royale somme d’une livre sterling.  C’est peu, si on tient compte que la veste de trader qu’aurait porté Leeson sur le plancher de la SIMEX à Singapore a été vendue aux enchères pour £21 000 par KPMG, le liquidateur de Barings PLC.

barings128

Posted in De jour en jour | Tagged , , | Leave a comment

Moonopoly!

1920. Naissance de Yong Myung Mun, dans le nord de la Corée, à cette époque sous le joug du Japon. Cinquième enfant d’une famille rurale de huit, dont les parents sont convertis au christianisme (Presbytériens), il reçoit à l’âge de 15 ans la visite de Jésus (oui, oui, LE Jésus!), qui l’enjoint à reprendre là où Il a laissé, soit d’incarner la seconde venue du Christ et d’établir le royaume des cieux sur la Terre. Rien de moins.

Reverend sun Myung Moon as a young man

Il fait ses études au Japon puis revient en Corée à la fin de la Deuxième guerre Mondiale.  Son patelin étant au nord du pays, sa tendance à la prédication chrétienne n’est pas prisée par l’autorité communiste; il se retrouve donc pensionnaire dans un camp de travail, duquel il sera libéré en 1950 par une offensive américaine dans le cadre de la guerre de Corée.  Il s’installe à Seoul, passe de Yong Myung Mun au nom plus glam (probablement plus astral itou) de Sun Myung Moon et y fonde son église.

 1968. Cérémonie nuptiale ‘’dans l’intimité’’ pour un groupe de 430 couples en Corée. Il y aurait-il eu pénurie de célébrants? Apparemment, non.  Celui qui préside est le charismatique révérend Sun Myung Moon, fondateur de l’Église de l’Unification.  Ça tombe bien, car comme vous l’aurez sûrement remarqué, c’est également son jour d’anniversaire.

sunmoon

Adorant les grands rassemblements d’amour, il récidivera à plusieurs reprises, des fois bénissant des milliers de couples en même temps.  Il recevra en 2000 le prestigieux ig Nobel pour avoir affirmé marier pas moins de 360 000 couples simultanément.

moon-mass-wedding

Outre ses exploits dignes du Livre des records Guinness, ou le Ripley’s Believe it or not (c’est selon), dans la création de couples, cette réincarnation du Christ, pacificateur milliardaire et laveur de cerveaux, sera aux contrôles, de façon occulte ou pas, de multiples entreprises à travers le monde dans l’industrie lourde, les mines, l’hôtellerie, l’automobile, la restauration, l’immobilier, l’armurerie, la publication et les médias, dont le Washington Times et l’agence UPI.

On cite également son association avec des criminels japonais, mais là on passe au Dark side of the Moon…  Même en fusionnant Raël, PKP, Messmer et Vincent Lacroix, il n’est pas sûr qu’on puisse lui faire compétition.  Son fan club inclura Richard Nixon (qu’il aura appuyé durant le scandale du Watergate), Ronald Reagan, Jerry Falwell, la famille Bush et bien d’autres.

Son décès, en 2012, laissera des milliers de ‘’Moonies’’ orphelins.

Posted in De jour en jour | Tagged | Leave a comment

Viva Cuba!

C’est une journée (et un mois) faste dans l’histoire de ce voisin de la Florida.

1895. Début de la guerre d’Indépendance de Cuba. Les forces indépendantistes de José Marti, fondateur trois ans plus tôt du El Partido Revolucionaro de Cuba, le PRC, débarquent sur l’île. Ce conflit, le troisième et dernier contre le régime de l’Empire colonial espagnol, durera trois ans, culminant avec la défaite de l’Armada de Blainville-Boisbriand espagnole aux mains de la marine américaine, le troisième joueur.  Regrettablement, le senior Marti tombera tôt au combat, donc n’aura pas la même chance qu’un lointain Fidel successeur, soit celle de réussir sa révolution.

José Marti

Pour les révolutionnaires cubains, ce sera une victoire aigre-douce, car leur quête d’indépendance verra leur statut passer de colonie espagnole à protectorat américain.  Idem pour Porto Rico.  On ne peut blâmer l’opportunisme américain, à peine lui-même affranchi de ce statut et mis en appétit avec la prise de contrôle d’Hawaï, de goûter au colonialisme, en cueillant ces derniers fruits mûrs lâchés par l’Espagne.  On pourra par contre comprendre la frustration des cubains, qui y auront laissé plus de 300 000 victimes, alors que l’Oncle Sam pleurera 3 000 disparus pendant sa courte participation à la toute fin du conflit.

1903. Lendemain de veille pénible pour Cuba, ayant consenti la location à (très) long terme de terres aux États-Unis, dont la plus notoire est Guantanamo.  Le loyer annuel passera en 1934 de 2 000$ à 4087$, soit l’équivalent d’un repas de manger mou par jour dans une résidence ensoleillée.

300px-Guantanamo_Bay_map

Plein de choses intéressantes se passent  durant ce mouvementé XXe siècle à Cuba, principalement marqué par la révolution et le règne d’une improbable longévité des Castro Bros.  On reviendra sur les détails un de ces jours…

2008. Le 19 février, Fidel Castro annonce sa démission à la présidence, pour des raisons de santé, passant le flambeau à son p’tit frère Raul.

250px-Cuba.FidelCastro.02  220px-Raúl_Castro,_July_2012

2013. Le parlement de Cuba accorde un deuxième mandat à la présidence à Raùl Castro. Ce dernier affirme que ceci sera son dernier tour de piste et qu’il se retirera en 2018, à l’âge vénérable de 86 ans.

Il est probable qu’ils mangent  tous les deux du mou itou…

Trois zéro trois!

Posted in De jour en jour | Tagged , , , , | Leave a comment

Corée, province japonaise

C’est le 5 Ventôse de l’An CCXXIII, au calendrier révolutionnaire.

1904. Suite à l’occupation militaire de Séoul, signature d’un traité entre le Japon et la Corée, soumettant cette dernière à la protection de l’empire nippon. Ce protocole, imposé par le Japon, sera suivi par d’autres traités, toujours à sens unique, consolidant le protectorat, puis l’annexion, en 1910, de la Corée.

JAPANESE_OCCUPATION_OF_SEOUL

Le Japon s’imposera rapidement comme force militaire et prendra le contrôle effectif tant politique qu’économique du pays.  Les vagues d’expropriation de terres permettront l’installation d’une population grandissante de colons japonais, au détriment des coréens, dépossédés.  Serait-ce ici une source d’inspiration pour Israël?

Pour le contexte, le tournant du XIXe au XXe siècle s’avère mouvementé en extrême Orient.  Avec la Mandchourie, sa voisine continentale, la Corée se retrouve malencontreusement prise en sandwich entre deux puissances impériales, la Russie, d’une part et le Japon de l’autre, cherchant toutes deux à consolider leur emprise sur la région.

Manchuria

La base navale de Vladivostok en Mer du Japon étant inopérable en hiver, les russes s’étaient également installés à Port Arthur (Dalian, sur la pointe sud de la Mandchourie) en Mer Jaune, enclavant ainsi la Corée, jusqu’à ce moment neutre, et menaçant le territoire d’influence du Japon.  En échange de la reconnaissance du contrôle russe de la Mandchourie, le Japon exige celui de la Corée.  Les russes accepteraient, mais à la condition que la portion au nord du 39e parallèle de la Corée demeure neutre, assurant ainsi une zone tampon.  Insatisfait, le Japon déclare, le 8 février, la guerre et attaque Port Arthur, mais pas dans cet ordre, soucieux de prendre le tsar Nicholas II par surprise.  Cette guerre se terminera à l’avantage du Japon, qui en restera maître jusqu’à sa chute en 1945.

Avec la défaite japonaise au terme de la Seconde Guerre Mondiale, la Corée se verra, un peu comme l’Allemagne, séparée entre le contrôle soviétique (par l’entremise de la Chine) au nord et une démocratie parrainée par les États-Unis, au sud, un statut qui sera consolidé avec la guerre de Corée (1950-53).

On peut voir aujourd’hui une douce revanche de la Corée du Sud, alors que ses fleurons de l’industrie électronique et automobile viennent rivaliser avec ceux du Japon.

304!

Posted in De jour en jour | Tagged , | Leave a comment

Démocratie, stie…

Bon, ayant fait fi d’Antidote, je vais passer pour un bon démocrace.  Ou démocrasse?  Gênant…

Posted in De jour en jour | Leave a comment

Nouvel An, Démocratie et boîte de Cracker Jack

1912. C’est la journée du Cracker Jack! C’est effectivement à partir de ce jour que ce produit de haute gastronomie offre un p’tit jouet surprise dans chacune de ses boîtes.

crackerjack

1913. Jour mouvementé au Mexique dans le cadre de la Guerra civil mexicana, alors que la présidence voit les titulaires nos. 33 et 34 passer, puis le no. 35 s’installer.

Madero_I 220px-Pedro_Lascurain 220px-V_Huerta

Le président Francisco Madero (no. 33), le révolutionnaire  naïf à l’origine du mouvement anti-réélectionniste, avait réussi à faire déloger son dictateur de prédécesseur Porfirio Diaz (no. 29), tout en laissant un des membres du cabinet Diaz, Francisco Leon de la Barra (no. 32) tenir l’intérim jusqu’à sa propre élection en novembre 1911.  À trop vouloir gérer une révolution ‘’soft’’, il s’aliène des alliés de la première heure, tels Pancho Villa, Pascual Orozco et Emiliano Zapata, tout en permettant à ses adversaires politiques de reprendre l’ascendant.  Lors d’un coup d’état orchestré par son ‘’fidèle’’ général  Victoriano Huerta, Il est arrêté et jeté en prison.  On l’exécutera quelques jours plus tard.  Il n’est jamais bon de faire aveuglément confiance en tout le monde, foi de Gérald…

GTremblay

Le vice-président et le président de la cour suprême ayant également été limogés, Pedro Lascurain, alors ministre des affaires étrangères, convainc Madero de démissionner et il prend la relève, devenant le 34e président.  Il profite de son nouveau titre pour nommer Victoriano Huerta ministre de l’intérieur, puis soumet sa propre démission, le tout en l’espace d’environ 45 minutes, un record d’éphémérité à la tête d’un État, laissant le poste vacant…à Huerta (no. 35), qui réinstallera un régime dictatorial.  Les mexicains se souviennent encore de ce dernier, sous de gentils surnoms tels El Chacal, ou El Usurpador.

Bonne Année!  C’est le Nouvel An chinois, ou Nouvel An lunaire, l’année de la chèvre.  Je viens de découvrir que je suis un serpent.  La personnalité du serpent est décrite comme étant réfléchie, sage, rusée, intuitive, indépendante et parfois paresseuse.  À bien y penser, je pourrais prendre congé demain…

Posted in De jour en jour | Tagged , , , , | Leave a comment