LCN (Long Canal Nouvelles)

1858. Le premier message télégraphique transatlantique est transmis de la Grande Bretagne aux États-Unis. Selon la version anglaise de Wikipedia, le message de 100 mots de la reine Victoria prendra 16 heures pour parcourir les 4 200 kilomètres de câbles sous-marins la séparant du président Buchanan, alors que selon la version française, ça n’en prendra que 67 minutes. Il y a sûrement quelque chose qui s’est perdu dans le Yahoo translator…

400px-Atlantic_cable_Map

Imaginez la télévision en direct ayant existé à cette époque.  Lors d’un reportage en direct, le chef d’antenne pose une question au reporter sur le terrain, de l’autre côté de l’Atlantique; ils seront des heures tous deux à fixer la caméra, le reporter attendant d’avoir entendu la question pour y répondre…

Posted in De jour en jour | Tagged , | Leave a comment

Un weekend chez Max Yasgur

220px-Woodstock_poster1969. C’est à Richie Havens que revient le privilège d’ouvrir le bal. Il est 17h07 ce vendredi, alors que s’amorce le Woodstock Music & Art Fair. Malgré les problèmes de logistique et la perte quasi-totale de contrôle d’une foule dépassant 400 000 personnes, soit huit fois plus que la limite de 50 000 consentie par les autorités locales et plus du double que le nombre de billets vendus, les 3 jours de paix et de musique annoncés le seront vraiment.   Même plus, car avec un peu (beaucoup) de retard sur l’horaire, la dernière note de la guitare de Jimi Hendrix ne retentira que vers 11h00 le lundi matin suivant.

220px-Woodstock_redmond_stage

Les organisateurs y laisseront momentanément leurs chemises.  Dans le cas des festivaliers, ce sera pour certains la totalité de leurs vêtements, ayant oublié leurs maillots pour s’ébattre  dans un étang derrière la scène.  Puis sûrement pour plusieurs, certaines substances aidant, la mémoire de longs segments de l’évènement.  On note même certains qui, totalement pris dans des embouteillages monstres, ne pourront atteindre leur destination,  se contentant hélas  qu’un peu de la musique là-bas, au loin, ne parvienne à leurs tristes oreilles.

220px-Yasgur_farm_in_1968 (1)

La ferme laitière du pauvre Max Yasgur n’aura jamais tant vu de ruminants bipèdes fumer l’herbe plutôt que de la manger, l’espace d’un weekend magique…

Posted in De jour en jour | Tagged , , | Leave a comment

Agent Orange

1961. Dans le cadre de la guerre du Viêt Nam, c’est à un petit village vietnamien à proximité de Dak Tô, près des frontières avec le Cambodge et le Laos qu’est réservé un premier test d’épandage de produits défoliants à des fins militaires. Le but est de détruire le couvert végétal et les récoltes de riz assurant l’alimentation des méchants Viet Cong.

Originalement frileuse face à l’idée, la hiérarchie américaine se convainc assez rapidement que la destruction de récoltes par épandage chimique ne contreviendrait pas au Protocole de Genève.  D’ailleurs, on pouvait s’appuyer sur le précédent créé dix ans plus tôt par les Britanniques, qui durant l’insurrection communiste malaise, avaient généreusement arrosé le paysage d’un mélange d’herbicides 2,4,5-T et 2,4-D, mieux connu sous le nom d’Agent Orange.

Bien qu’il y aura eu une variété de défoliants utilisés durant ce conflit, groupés sous le vocable des herbicides arc-en-ciel, l’Agent Orange aura été le plus populaire, comme en fait foi sa consommation estimée dans la période 1961-67 à plus de 75 000 000 litres, sur une surface de 24 000 km2.

En plus de la végétation, l’impact sur la santé humaine sera désolant.  On comptera de nombreuses victimes rendues malades, même décédées, suite à l’exposition au poison, variant entre des dizaines et des centaines de milliers selon les sources.  Évidemment, les chiffres sont contestés, tant par les autorités militaires que les fabricants, principalement Dow Chemicals et Monsanto.  On peut encore voir aujourd’hui les effets néfastes de ces produits…

teletubbiesTrumpdumb

 

Posted in De jour en jour | Tagged , , , , , | Leave a comment

Jacqueline

2013-07-16. J’allais rendre visite à une amie en cette chaude soirée à l’Hôpital Thoracique de Montréal (CUSM).   Il y avait match de football au stade Percival Molson de l’Université McGill, tout près, donc la recherche d’un espace de stationnement s’était avérée assez longue et pénible.

Avant même de passer le cadre de sa porte, j’ai su.  Le teint blafard, immobile, elle s’était éteinte.  Après quelques instants de recueillement, je suis allé au poste de garde.  La préposée savait déjà, l’ayant elle-même vue une quinzaine de minutes plus tôt lors de sa tournée.  Elle m’offrit ses condoléances et me dit que le médecin avait été averti et devait passer sous peu pour faire le constat.  Drôle de hasard, pour la même raison, j’aurai manqué son dernier souffle de peu, comme j’avais manqué celui de mon frère (son filleul) deux ans plus tôt.

Son état s’était graduellement détérioré au cours de la dernière semaine.  L’avant-veille, j’étais allé à son chevet pour lui faire écouter La Marseillaise avec mon téléphone.  Elle n’était plus vraiment là, mais c’était quand même le 14 juillet, jour de fête pour cette bordelaise de naissance!

Sur le mur au-dessus de sa tête étaient affichées des photos, d’elle, de ses parents, ainsi qu’un certificat de la Légion d’honneur attribuée à son père, pour services rendus lors de la Grande Guerre (la première).  Quelques semaines plus tôt, elle m’avait exprimé le souhait que ces souvenirs la suivent lors de sa crémation.

Je n’avais pu me résoudre à la destruction des souvenirs.  Comme compromis, j’avais inséré les photos et le certificat qui avaient été sur ce mur, tous intacts, dans une enveloppe accompagnant ses cendres au cimetière.  Elle pouvait donc, en quelque sorte les garder avec elle.

Aujourd’hui, trois ans plus tard, je retrouve dans le fond de mon placard le grand sac d’épicerie dans lequel, avec la paperasse funéraire, j’avais conservé ce qu’il restait de ses maigres possessions, essentiellement de la correspondance, de petits souvenirs de voyages et des photos.  Il est grand temps d’y faire un ménage, alors je vide le sac et commence l’inventaire, bien décidé à épurer ces souvenirs.  J’y retrouve une note où sont inscrites mes coordonnées, celles de ma mère et du notaire, ainsi qu’une courte phrase qui me souffle : ‘’Toutes les photos avec moi pour l’incinération’’.

J David

Toutes?  Mais c’est insensé! Là, je n’avais pas réalisé qu’elle visait l’intégralité de sa petite collection. Pourquoi voudrait-on emporter avec soi le peu de traces de son passage sur terre?  Je feuillette l’album photo, les larmes brouillant ma vue.  Bien des visages inconnus, des photos d’elle, de ses parents, de mes parents, de sites visités…  Bon, malgré ce décalage de trois ans, telle était sa volonté.  Déjà que je me sois en quelque sorte immiscé dans son intimité.  L’album est vidé de son contenu, le tout, ainsi que sa correspondance, déposé dans le foyer et embrasé, pendant que je me tape une bonne crise de sanglots.

Jacqueline, tes photos t’ont finalement rejoint.  Ta patience a été appréciée.  Continue de veiller sur nous.  Je t’embrasse!

Posted in De jour en jour | Tagged | Leave a comment

Dans les patates depuis…

1586. Pour reprendre une publicité rigolote de croustilles à la radio, on peut affirmer que l’Angleterre serait dans les patates depuis ce 28 juillet 1586. Des cyniques pourraient ajouter que ça ne serait pas la dernière fois, comme en fait foi l’issue du récent référendum Brexit, mais bon.

chips yum-yum

Notre héros du jour se nomme Thomas Harriot, mathématicien, astronome, ethnologue, traducteur, navigateur et plus encore…   Au terme d’une mission en Virginie et à l’ile de Roanoke à titre de conseiller scientifique pour le compte de son boss du moment, Walter Raleigh, Harriot revient – non pas en, mais – à Plymouth.  Dans ses bagages, il ramène des tubercules d’openavk, des pommes de terre.

Harriot, King of Spuds

Harriot, King of Spuds

Thomas Harriot sera reconnu, surtout à titre posthume, comme un des plus brillants scientifiques de son époque. Or, s’il documentait ses recherches, son plus grand défaut aura été de ne pas les publier.  Seul le compte-rendu de son voyage en Amérique, ‘’A Briefe and True Report of the New Found Land of Virginia’’ en 1588, fera exception.  Il aurait même devancé Galilée de quelques mois en dessinant les cratères lunaires, grâce à l’observation de la lune avec une lunette astronomique, l’ancêtre du télescope.  Mais chut, c’est un secret…

En toute honnêteté, il m’est difficile de confirmer si Harriot a vraiment été le PPP (Premier Promoteur de la Patate) en Angleterre, mais je ne tenais à sauver la chronique…

Thomas S., CA*

*Chipaholique Anonyme

Posted in De jour en jour | Tagged , | Leave a comment

MAGA

1796. La ville de Cleveland doit sûrement se remettre péniblement des trois jours de la très distrayante convention du GOP, qui a culminé hier soir avec le discours triomphal du coloré candidat républicain à la présidence, le père de la MAGA*. Espérons qu’il lui reste encore assez d’énergie (à la ville, on s’entend) pour célébrer aujourd’hui les 220 ans de son baptême.

Cleaveland

Cleaveland


Le bucolique patelin sur les bords du lac Érié, à l’embouchure de la rivière Cuyahoga, doit son nom à Moses Cleaveland, qui dirigea une équipe de prospection de la région pour le compte de la Connecticut Land Company, dont il était également un actionnaire.

 

Une possible raison pour la subtile variation de Cleaveland à Cleveland ne serait au départ que pour des raisons typographiques.  Lors de la parution du premier journal local en 1830, l’éditeur aurait manqué d’espace sur sa une pour y insérer le nom complet, le Cleaveland Adviser.  Qu’à cela ne tienne,  l’ablation de la lettre a n’ayant pas d’impact phonétique sur le nom, le journal  adopta la version abrégée Cleveland Adviser sans plus de cérémonie.  Cette nouvelle mouture aura plu à tous, donc adoptée universellement.

Si l’éditeur du Cleveland Adviser opérait ses mêmes talents chirurgicaux à l’orthographe aujourd’hui, pourrions-nous parler du candidat Rump?…

*MAGA : Make America Great Again

casquette

casquette

Posted in De jour en jour | Tagged , , , | Leave a comment

Pie à pie

1870. C’est un grand jour à Rome, alors qu’au concile Vatican I les cardinaux reconnaissent comme vraies et irrévocables les interprétations du dogme prononcées par le souverain pontife. Ça tombe bien pour le pape Pie IX, le pontife du moment et instigateur de l’évènement.

Calmons-nous, ce concept d’infaillibilité se limitera quand même aux déclarations solennelles devant les fidèles, pas à tout ce qui sortira de la bouche du Saint-Père.  Il aura donc la sagesse, par exemple, de ne pas prédire la météo de façon solennelle.

le pape Pie IX

le pape Pie IX


2016. C’est un grand jour à Cleveland, alors qu’à la convention du GOP, les délégués républicains reconnaîtront comme vraies et irrévocables les interprétations du dogme prononcées par le président. Ça tombe bien pour Donald Trump, le candidat dont l’investiture n’est plus qu’une formalité.

Réjouissons-nous, car tout ce qui sort de la bouche du Donald est solennel!  Vox populi, vox Donald.

la pie Donald Trump

la pie Donald Trump

Posted in De jour en jour | Tagged , , | Leave a comment

Berthe au Grand Pied

783. III ou le Bref, Bertrade (née de Laon)

Bertrade de Laon

Bertrade de Laon

III ou le Bref (née de Laon) 720 – 783 est décédée, le 12 juillet 783, à la résidence royale Choisy-au-Bac, près de Compiègne, à l’âge de 63 ans, dame Bertrade de Laon, reine des Francs, fille de feu Caribert de Laon, comte et de feu Gisèle d’Aquitaine.  Également connue sous le nom de Berthe au Grand Pied*, elle était l’épouse de feu Pépin III, ou le Bref**, mère de Charlemagne (roi des Francs, roi des Lombards et futur empereur d’Occident), feu Carloman (roi des Francs itou, mais pas pour longtemps), Gisèle (abbesse de Chelles), feu Pépin Jr, Berthe, Rothaïde, Isbergues*** et Adélaïde.  Bigfoot (s’cusez ma familiarité), fut inhumée auprès de son P’tit Pépin (encore) à la basilique de Saint-Denis, près de la station de métro du même nom.

Gisant de Pépin et Bertrade

Gisant de Pépin et Bertrade

 

*probablement à cause d’un pied bot

**non pas pour la durée du règne, des talents oratoires ou performances conjugales (du moins, aucun potin de l’époque à cet effet n’a été retrouvé), mais pour sa petite taille.  D’ailleurs, il faut noter que les proportions des gisants seraient plus près de la réalité que ne puisse le suggérer la statue de Berthe (Pépin à la main?) au jardin du Luxembourg…

***désolé, pas de calembour ici

Posted in De jour en jour | Tagged , , , , | Leave a comment

Indigeste Évian

1938. Aujourd’hui, à Évian-les-Bains, dans un hôtel au bord du lac Léman s’amorce la conférence internationale d’Évian, réunissant 32 pays. À l’ordre du jour, le sort des Juifs en Allemagne.  C’est le fruit d’une initiative du président américain Franklin D. Roosevelt, inquiet à propos de l’antisémitisme nazi.  Bien entendu, l’Allemagne n’est pas invitée.  Quelques pays d’envergure, telles la Russie et l’Italie, pour des raisons évidentes passeront leur tour.

Hôtel Royal

Hôtel Royal

On aura beau condamner le traitement réservé aux Juifs allemands, l’enthousiasme délirant  (…) des participants à ce huis clos se traduira en festival PDMC (Pas Dans Ma Cour).  ‘’Dans les circonstances présentes, l’Australie ne peut en faire plus… Nous n’avons pas de problème racial notable et nous ne voulons pas en importer un’’.  Cet aveu du délégué australien reflètera le sentiment général, incluant celui des États-Unis, dont le leadership ne sera que symbolique, ”oubliant” d’améliorer ses propres quotas d’accueil pour les réfugiés juifs.

Rafael Leónidas Trujillo Molina

Rafael Leónidas Trujillo Molina

Il y a bien la République Dominicaine qui offre d’en prendre entre 50 000 et 100 000, question de ‘’blanchir’’ son paysage, en échange de considérations monétaires.  Or le traitement infligé quelques mois plus tôt aux Haïtiens par le dictateur Trujillo, un massacre de plusieurs milliers, ressemble étrangement à l’attitude hitlérienne vis-à-vis ses indésirables.  La suggestion du timbré ne sera pas prise au sérieux.

Bref, une perte de temps de 10 jours, au terme desquels se sera créé le CIR, le Comité intergouvernemental pour les réfugiés.  Avec un peu de cynisme, ça aurait pu également se lire le Comité intergouvernemental pour les refouler. D’ailleurs, le Führer ne manquera pas de pavoiser, affirmant : ‘’C’était honteux de voir les démocraties dégouliner de pitié pour le peuple juif et rester de marbre quand il s’agit vraiment d’aider les Juifs!’’

Au moins, l’eau de source était bonne…

Avec la crise présente des réfugiés syriens, l’Amérique (surtout Donald) a au moins le mérite d’être pas mal plus transparente quant à ses intentions d’accueil.  God Bless…!

Donald John Trump

Donald John Trump

Posted in De jour en jour | Tagged , , , , , | Leave a comment

La Nuit des Longs Couteaux

1934. Il y a bien sûr eu l’incident du même nom en novembre 1981, où pendant qu’à Hull René Lévesque roupillait, dans une cuisine du Château Laurier, sur l’autre rive de l’Outaouais, Trudeau père et les premiers ministres provinciaux du ROC (Rest of Canada) en profitaient pour s’entendre sur l’acte constitutionnel. Quelle coïncidence qu’ils aient tous souffert d’insomnie et aient décidé d’attaquer le frigo en même temps. Mais là s’arrête la comparaison avec le sujet du jour.

PET & René

PET & René

 

Malgré les fiers services rendus durant plus d’une décennie par Ernst Röhm et sa milice, une joyeuse bande de fier-à-bras de la Sturmabteilung (SA) pour contribuer à la montée du nazisme, Adolf Hitler et ses proches sont bien conscients que ce fauteur de troubles, ambitieux de surcroit, doit être écarté avant qu’il ne devienne une vraie menace.  L’armée allemande, que ne contrôle pas encore le Führer, ne compte que 100 000 hommes, alors que la SA de Röhm s’élève à deux millions de membres, affectueusement appelés les chemises brunes.

Adolf & Ernst

Adolf & Ernst

Va-t-il échanger Röhm à Nashville?  Non, il pourrait un jour revenir le hanter.

Prétextant neutraliser une tentative de coup d’état, Hitler lance les premières arrestations  d’officiers de la SA à Munich dans les petites heures de ce 30 juin.  Puis avec un détachement de SS, arme au poing, il fera lui-même irruption dans la chambre d’hôtel de Röhm (pas la Ville Éternelle, la chemise brune en chef) pour l’arrêter.  Suivra promptement une purge, où plusieurs dizaines de hauts gradés SA seront exécutés.  Voilà la vraie Nuit des Longs Couteaux.

 

Responsable de centaines d’assassinats pendant une dizaine d’années, la SA aura été supplantée par la SS, responsable du génocide de millions de juifs dans un laps de temps équivalent.  Ce qu’une lettre peut faire…

TS

 

Posted in De jour en jour | Tagged , , , , , , , , , | Leave a comment