Erwin Thomas Steppan

1951. Brevet US2537606 accordé à Erwin Thomas Steppan pour un système réchauffant les volants d’automobiles. C’est avec un léger retard que je partage ceci, la date de publication étant le 9, mais je ne pouvais laisser passer cet évènement. Ça aura pris près d’un demi-siècle avant de voir une telle application se concrétiser dans l’industrie automobile, quoique son adoption ne soit encore que de façon optionnelle dans les voitures de luxe.

US2537606-0  US2537606-1

Avant-gardiste, il ne fut pas le premier à jouer avec ce concept, ni le dernier, mais j’ose croire que son brevet, aussi discret soit-il, aura quand même contribué au processus évolutif du volant chauffant.

On retrouve également un autre brevet à son nom, le US3057180, cette fois pour un briquet se fixant sur les paquets de cigarettes.

US3057180-1  US3057180-0

À une époque où la cigarette jouit encore d’une certaine popularité, il y aura un intérêt sur le marché pour son invention.  Mais plutôt que d’accepter les offres d’achat pour le brevet, il préfèrera en faire lui-même la commercialisation, mettant la famille à contribution, croyant fermement pouvoir en tirer davantage de profits.  L’aventure se soldera, hélas, par un échec, sa maison devenant un entrepôt pour les milliers d’unités invendues.  Il était un inventeur, certes, mais d’une méfiance frisant la paranoïa, doublée d’une carence totale du sens des affaires.

Il n’est pas donné à tous de retrouver dans l‘espace public une création d’un membre de sa propre famille.  De ce que je puisse me souvenir du frère aîné de mon père (et mon parrain), c’était un solitaire constamment à la quête de l’idée, de l’invention qui révolutionnerait le monde et ferait sa fortune.  Pas exclusivement dans cet ordre.  Il a déjà soufflé à l’oreille du jeune adulte que je devenais, que celui qui parviendrait un jour à inventer l’instrument ou le système pour noter la pression des pneus des véhicules en temps réel, même en mouvement, deviendrait riche.  Sa théorie s’est sûrement avérée, mais allez savoir avec qui?

Voyais-tu en ton filleul, également rêveur, l’héritier potentiel de ton génie?  Si c’est le cas, désolé de t’avoir déçu, oncle Erwin.  Au moins, tu auras pu reconnaître une meilleure propension pour le  bricolage chez Robert, mon p’tit frère.  C’est avec un brin de fierté et d’affection que je te dédie cette chronique.