Franklin D. Roosevelt, March of Dimes, Gabriel Nadeau-Dubois

1946. En coïncidence avec l’anniversaire de naissance du président américain Franklin D. Roosevelt, c’est la mise en circulation par la trésorerie américaine de la nouvelle pièce de 10 cents à son effigie, telle que nous la connaissons encore aujourd’hui.

Dime_Obverse_13

Victime de la polio en 1921, FDR visite la piscine aussi souvent que son horaire puisse le lui permettre, question d’échapper momentanément à son infirmité.   Son oasis préféré est une source thermale à Warm Springs, en Georgie, où il achète et rénove une auberge délabrée et les terres avoisinantes pour en faire une retraite.  À son accession à la présidence, il y fait construire une villa qui fera office de retraite présidentielle et prendra le nom de la Petite Maison Blanche.

250px-USA-Georgia-Warm_Springs-Roosevelt's_Little_White_House

Certes, FDR fut un grand président, mais que lui vaut son immortalisation sur une pièce de monnaie?  Ayant appris qu’un jeune garçon avait pu recouvrer l’usage de ses jambes grâce à l’hydrothérapie, il participe en janvier 1938 à la création de la National Foundation for Infantile Paralysis, qui financera l’institut de réhabilitation de Warm Springs.  Les fonds ne suffisant pas pour couvrir les frais d’opération, une levée de fonds nationale est mise sur pied.  Ainsi naît The March of Dimes, dont le succès sera immédiat et permanent.

marchofdimes_poster_1955

Cette belle histoire ne pourrait-elle pas servir ici d’inspiration pour la Monnaie Royale Canadienne?  Par exemple, nous avons chez nous un brillant jeune homme qui, lauréat du prix du Gouverneur général pour son essai Tenir tête, profitait récemment de la tribune de TLMEP pour annoncer qu’il remettait dans sa totalité la bourse de 25 000$ qui y était rattachée pour soutenir les courageux opposants au projet d’oléoduc Énergie-Est de TransCanada, demandant au public de doubler la mise.

GNBdoublerlamise

La réponse ne s’est pas fait attendre, le p’tit cochon de la nouvelle fondation gonflant à près de 400K$. N’en déplaise à Stephen 1er, Gabriel Nadeau-Dubois aurait  ASSÉ de CLASSE (et une bonne bouille, en plus) pour mériter de voir un jour sa face sur une piasse, non? Mais soyons réalistes, pour arriver un jour à voir une inscription IN GND WE TRUST sur une pièce de monnaie ou un billet de banque, il lui faudra d’abord transcender l’image associée à des accessoires de cuisine.

Les chiffres du jour sont 3-2-8!