Gustav & Schlomo

Ah février, court mois qui n’en finit plus de nous les geler!

1907. Suite à quelques échanges amicaux de correspondance ayant débuté l’année précédente, Carl Gustav Jong rencontre LIVE pour la première fois Sigmund Schlomo (à ne pas confondre avec la famille Slomeau de RBO) Freud à Vienne.  Ils devaient en avoir long à se dire puisque cette rencontre durera environ 13 heures.

CGJung   Sigmund_Freud_LIFE

L’amitié et l’admiration mutuelle s’estompera graduellement, alors que Freud voit son ‘’protégé’’ se distancier de certaines de ses théories, pour tourner en animosité ferme lorsque Jung suggère à l’autre que l’inconscient peut être source de créativité, pas seulement le gardien sombre de motivations et de pulsions réprimées.   Dès lors, on ne pourra plus accueillir dans la même pièce les divans de ces deux têtes fortes de la psychanalyse.

Histoire de meubler un peu cette courte page, notons l’anniversaire de Chelsea Victoria Clinton, la seule pouvant se vanter d’avoir été fille d’un président, puis fille d’une secrétaire d’état.  N’en déplaise à Jeb, le troisième prétendant de la dynastie Bush, peut-être pourrait-elle ajouter bientôt celui de fille de présidente à son pedigree…

On se retrouve en mars.

De la fragile intégrité architecturale

C’était la panne sèche pour l’apprenti chroniqueur ce matin, au point de considérer faire la buissonnière.  Mais, voici…

1794. À Copenhague, un incendie détruit le château de Christianborg, du moins sa première mouture. La source du brasier de ce magnifique palais royal de style baroque (en fait, la version française du wiki dit rococo) serait dans la cheminée des appartements du prince héritier. L’histoire ne dit pas si le jeune y fumait en cachette ou tentait de faire disparaître un bulletin gênant.

220px-Den_danske_Vitruvius_1_tab022_-_Prospect_af_det_Kongl_Slott_Christiansborg_imod_Hoved_Indgangen  220px-Christiansborgs_brand_1794

Les illustrations montrent le palais avant et durant le l’incendie.  L’illustrateur a dû faire vite pour dessiner le deuxième tableau, car la destruction fut assez rapide.

Relogés par le Gruppe Kalinet au palais Amalienborg, la famille royale devra patienter jusqu’en 1828 avant que le palais ne renaisse de ses cendres, cette fois dans un style Empire français.  Probablement à bout de patience, ou peu impressionné par le nouvel ouvrage, le souverain du moment, le roi Frederik VI ne s’en servira que pour recevoir et ‘’entertainer’’ la visite et les deux chambres du Parlement.  Le palais brûlera encore en 1884; espérons qu’ils avaient une police qui pardonne…

220px-Christiansborg_bagside-1  Christiansborg_Slot_Copenhagen_2014_02

Enfin, le palais Christiansborg, version 3, voit le jour en 1938, encore après 25 ans de travaux.  Note ici d’exclure les soumissionnaires danois pour le pont Champlain.   Durant la construction, on y découvrira les vestiges de ruines des châteaux d’Absalon  et de Copenhague, datant du XIIe siècle et XIVe siècle respectivement.  Cette superbe structure, cette fois-ci de facture néobaroque, a conservé les ruines, accessibles au public et abrite entre autres le Parlement et la Cour Suprême.

1993. Plus près de nous, un autre ouvrage architectural est attaqué, cette fois par un acte terroriste. Les dégâts sont sérieux, quoiqu’insuffisants pour menacer la structure de l’édifice.

World_Trade_Center,_New_York_City_-_aerial_view_(March_2001)  220px-WTC1993_BlastDamage

Un camion bourré d’explosifs saute dans le garage de la tour nord du World Trade Center. L’objectif est que la déflagration fasse vaciller la tour de 110 étages, qu’elle frappe sa jumelle et qu’elles s’écroulent ensemble.  La tour résiste et il n’y aura que 6 décès.  Ce ne sera, hélas, que partie remise.

1995. Ok, une p’tite dernière dans la catégorie d’écroulements. Celle-ci est virtuelle. La Barings Bank, la plus vieille institution bancaire d’Angleterre, fondée en 1762, fait faillite suite aux opérations folles de placement de Nick Leeson, un de ses jeunes traders, dans les marchés dérivés.  Elle sera rachetée par la banque ING, pour la royale somme d’une livre sterling.  C’est peu, si on tient compte que la veste de trader qu’aurait porté Leeson sur le plancher de la SIMEX à Singapore a été vendue aux enchères pour £21 000 par KPMG, le liquidateur de Barings PLC.

barings128

Moonopoly!

1920. Naissance de Yong Myung Mun, dans le nord de la Corée, à cette époque sous le joug du Japon. Cinquième enfant d’une famille rurale de huit, dont les parents sont convertis au christianisme (Presbytériens), il reçoit à l’âge de 15 ans la visite de Jésus (oui, oui, LE Jésus!), qui l’enjoint à reprendre là où Il a laissé, soit d’incarner la seconde venue du Christ et d’établir le royaume des cieux sur la Terre. Rien de moins.

Reverend sun Myung Moon as a young man

Il fait ses études au Japon puis revient en Corée à la fin de la Deuxième guerre Mondiale.  Son patelin étant au nord du pays, sa tendance à la prédication chrétienne n’est pas prisée par l’autorité communiste; il se retrouve donc pensionnaire dans un camp de travail, duquel il sera libéré en 1950 par une offensive américaine dans le cadre de la guerre de Corée.  Il s’installe à Seoul, passe de Yong Myung Mun au nom plus glam (probablement plus astral itou) de Sun Myung Moon et y fonde son église.

 1968. Cérémonie nuptiale ‘’dans l’intimité’’ pour un groupe de 430 couples en Corée. Il y aurait-il eu pénurie de célébrants? Apparemment, non.  Celui qui préside est le charismatique révérend Sun Myung Moon, fondateur de l’Église de l’Unification.  Ça tombe bien, car comme vous l’aurez sûrement remarqué, c’est également son jour d’anniversaire.

sunmoon

Adorant les grands rassemblements d’amour, il récidivera à plusieurs reprises, des fois bénissant des milliers de couples en même temps.  Il recevra en 2000 le prestigieux ig Nobel pour avoir affirmé marier pas moins de 360 000 couples simultanément.

moon-mass-wedding

Outre ses exploits dignes du Livre des records Guinness, ou le Ripley’s Believe it or not (c’est selon), dans la création de couples, cette réincarnation du Christ, pacificateur milliardaire et laveur de cerveaux, sera aux contrôles, de façon occulte ou pas, de multiples entreprises à travers le monde dans l’industrie lourde, les mines, l’hôtellerie, l’automobile, la restauration, l’immobilier, l’armurerie, la publication et les médias, dont le Washington Times et l’agence UPI.

On cite également son association avec des criminels japonais, mais là on passe au Dark side of the Moon…  Même en fusionnant Raël, PKP, Messmer et Vincent Lacroix, il n’est pas sûr qu’on puisse lui faire compétition.  Son fan club inclura Richard Nixon (qu’il aura appuyé durant le scandale du Watergate), Ronald Reagan, Jerry Falwell, la famille Bush et bien d’autres.

Son décès, en 2012, laissera des milliers de ‘’Moonies’’ orphelins.

Viva Cuba!

C’est une journée (et un mois) faste dans l’histoire de ce voisin de la Florida.

1895. Début de la guerre d’Indépendance de Cuba. Les forces indépendantistes de José Marti, fondateur trois ans plus tôt du El Partido Revolucionaro de Cuba, le PRC, débarquent sur l’île. Ce conflit, le troisième et dernier contre le régime de l’Empire colonial espagnol, durera trois ans, culminant avec la défaite de l’Armada de Blainville-Boisbriand espagnole aux mains de la marine américaine, le troisième joueur.  Regrettablement, le senior Marti tombera tôt au combat, donc n’aura pas la même chance qu’un lointain Fidel successeur, soit celle de réussir sa révolution.

José Marti

Pour les révolutionnaires cubains, ce sera une victoire aigre-douce, car leur quête d’indépendance verra leur statut passer de colonie espagnole à protectorat américain.  Idem pour Porto Rico.  On ne peut blâmer l’opportunisme américain, à peine lui-même affranchi de ce statut et mis en appétit avec la prise de contrôle d’Hawaï, de goûter au colonialisme, en cueillant ces derniers fruits mûrs lâchés par l’Espagne.  On pourra par contre comprendre la frustration des cubains, qui y auront laissé plus de 300 000 victimes, alors que l’Oncle Sam pleurera 3 000 disparus pendant sa courte participation à la toute fin du conflit.

1903. Lendemain de veille pénible pour Cuba, ayant consenti la location à (très) long terme de terres aux États-Unis, dont la plus notoire est Guantanamo.  Le loyer annuel passera en 1934 de 2 000$ à 4087$, soit l’équivalent d’un repas de manger mou par jour dans une résidence ensoleillée.

300px-Guantanamo_Bay_map

Plein de choses intéressantes se passent  durant ce mouvementé XXe siècle à Cuba, principalement marqué par la révolution et le règne d’une improbable longévité des Castro Bros.  On reviendra sur les détails un de ces jours…

2008. Le 19 février, Fidel Castro annonce sa démission à la présidence, pour des raisons de santé, passant le flambeau à son p’tit frère Raul.

250px-Cuba.FidelCastro.02  220px-Raúl_Castro,_July_2012

2013. Le parlement de Cuba accorde un deuxième mandat à la présidence à Raùl Castro. Ce dernier affirme que ceci sera son dernier tour de piste et qu’il se retirera en 2018, à l’âge vénérable de 86 ans.

Il est probable qu’ils mangent  tous les deux du mou itou…

Trois zéro trois!

Corée, province japonaise

C’est le 5 Ventôse de l’An CCXXIII, au calendrier révolutionnaire.

1904. Suite à l’occupation militaire de Séoul, signature d’un traité entre le Japon et la Corée, soumettant cette dernière à la protection de l’empire nippon. Ce protocole, imposé par le Japon, sera suivi par d’autres traités, toujours à sens unique, consolidant le protectorat, puis l’annexion, en 1910, de la Corée.

JAPANESE_OCCUPATION_OF_SEOUL

Le Japon s’imposera rapidement comme force militaire et prendra le contrôle effectif tant politique qu’économique du pays.  Les vagues d’expropriation de terres permettront l’installation d’une population grandissante de colons japonais, au détriment des coréens, dépossédés.  Serait-ce ici une source d’inspiration pour Israël?

Pour le contexte, le tournant du XIXe au XXe siècle s’avère mouvementé en extrême Orient.  Avec la Mandchourie, sa voisine continentale, la Corée se retrouve malencontreusement prise en sandwich entre deux puissances impériales, la Russie, d’une part et le Japon de l’autre, cherchant toutes deux à consolider leur emprise sur la région.

Manchuria

La base navale de Vladivostok en Mer du Japon étant inopérable en hiver, les russes s’étaient également installés à Port Arthur (Dalian, sur la pointe sud de la Mandchourie) en Mer Jaune, enclavant ainsi la Corée, jusqu’à ce moment neutre, et menaçant le territoire d’influence du Japon.  En échange de la reconnaissance du contrôle russe de la Mandchourie, le Japon exige celui de la Corée.  Les russes accepteraient, mais à la condition que la portion au nord du 39e parallèle de la Corée demeure neutre, assurant ainsi une zone tampon.  Insatisfait, le Japon déclare, le 8 février, la guerre et attaque Port Arthur, mais pas dans cet ordre, soucieux de prendre le tsar Nicholas II par surprise.  Cette guerre se terminera à l’avantage du Japon, qui en restera maître jusqu’à sa chute en 1945.

Avec la défaite japonaise au terme de la Seconde Guerre Mondiale, la Corée se verra, un peu comme l’Allemagne, séparée entre le contrôle soviétique (par l’entremise de la Chine) au nord et une démocratie parrainée par les États-Unis, au sud, un statut qui sera consolidé avec la guerre de Corée (1950-53).

On peut voir aujourd’hui une douce revanche de la Corée du Sud, alors que ses fleurons de l’industrie électronique et automobile viennent rivaliser avec ceux du Japon.

304!

Nouvel An, Démocratie et boîte de Cracker Jack

1912. C’est la journée du Cracker Jack! C’est effectivement à partir de ce jour que ce produit de haute gastronomie offre un p’tit jouet surprise dans chacune de ses boîtes.

crackerjack

1913. Jour mouvementé au Mexique dans le cadre de la Guerra civil mexicana, alors que la présidence voit les titulaires nos. 33 et 34 passer, puis le no. 35 s’installer.

Madero_I 220px-Pedro_Lascurain 220px-V_Huerta

Le président Francisco Madero (no. 33), le révolutionnaire  naïf à l’origine du mouvement anti-réélectionniste, avait réussi à faire déloger son dictateur de prédécesseur Porfirio Diaz (no. 29), tout en laissant un des membres du cabinet Diaz, Francisco Leon de la Barra (no. 32) tenir l’intérim jusqu’à sa propre élection en novembre 1911.  À trop vouloir gérer une révolution ‘’soft’’, il s’aliène des alliés de la première heure, tels Pancho Villa, Pascual Orozco et Emiliano Zapata, tout en permettant à ses adversaires politiques de reprendre l’ascendant.  Lors d’un coup d’état orchestré par son ‘’fidèle’’ général  Victoriano Huerta, Il est arrêté et jeté en prison.  On l’exécutera quelques jours plus tard.  Il n’est jamais bon de faire aveuglément confiance en tout le monde, foi de Gérald…

GTremblay

Le vice-président et le président de la cour suprême ayant également été limogés, Pedro Lascurain, alors ministre des affaires étrangères, convainc Madero de démissionner et il prend la relève, devenant le 34e président.  Il profite de son nouveau titre pour nommer Victoriano Huerta ministre de l’intérieur, puis soumet sa propre démission, le tout en l’espace d’environ 45 minutes, un record d’éphémérité à la tête d’un État, laissant le poste vacant…à Huerta (no. 35), qui réinstallera un régime dictatorial.  Les mexicains se souviennent encore de ce dernier, sous de gentils surnoms tels El Chacal, ou El Usurpador.

Bonne Année!  C’est le Nouvel An chinois, ou Nouvel An lunaire, l’année de la chèvre.  Je viens de découvrir que je suis un serpent.  La personnalité du serpent est décrite comme étant réfléchie, sage, rusée, intuitive, indépendante et parfois paresseuse.  À bien y penser, je pourrais prendre congé demain…

De volts et vache volante

1745. Google rend hommage à Alessandro Volta, dont c’est l’anniversaire aujourd’hui.

220px-Alessandro_Volta

Un honneur bien mérité pour celui que l’on considère être le père de la pile électrique et  qui a donné son nom, volt, à l’unité de force électromotrice reconnue universellement.  Watt?  Exactement!  Si vous n’étiez pas encore au courant à propos de ma relative nullité dans la chose électrique, ampère responsable, je sens qu’il serait sage de mettre fin ici à mon petit exposé.

1930. Grande première, dans le cadre de la foire aérienne internationale de St. Louis, dans le Missouri, alors que Nellie Jay s’embarque (avec un peu d’aide, évidemment) à bord d’un avion trimoteur Ford, pour couvrir la distance de 115 km entre Bismarck et St. Louis.

cowplane

La vache de race Guernsey, également connue sous le nom Elm Farm Ollie, ou encore Sky Queen, en profite, chemin faisant, pour se faire tirer 24 pintes (22,7 litres) de lait en vol.  Le lait est même livré avant l’atterrissage, puisque parachuté dans des contenants de carton, dont un verre en sera offert à un monsieur Lindbergh.

L’artiste E.D. Thalinger aura consacré le populaire bovin sur la toile ci-dessous.

ElmFarmOllie

L’évènement fait aujourd’hui partie du folklore, où l’on commémore ce grand jour, le ‘’Elm Farm Ollie Day’’ au Mount Horeb Mustard Museum, au Wisconsin.  Son curateur et CMO (Chief mustard officer), le coloré Barry Levenson, a même composé en 1981 ‘’The Bovine Cantata in B flat Major’’ (tiré de l’opéra lyrique ‘’Madame Butterfat’’ de Giacomo Moocini), ainsi que ‘’Owed to Ollie’’ d’un Ludwig von Bovine.  C’est lait!

Pour terminer, soyons tous reconnaissants, entre autres pour nos statues, que les vaches ne puissent imiter les pigeons…

cowbeanie

Sous-marins

1864. Près du port de Charleston, le sloop de guerre USS Housatonic de l’United States Navy passe à l’histoire maritime, devenant le premier bâtiment à être coulé par un sous-marin.

280px-USSHousatonic

Or l’agresseur,  le submersible des Confederate States of America (vous l’aurez deviné, c’est la guerre de Sécession), le H.L. Hunley, ne survivra pas lui-même à l’attaque.

HLHunley

Ayant été trop près de sa cible, soit à moins de 7 mètres, il sera également irrémédiablement endommagé par la détonation de la torpille, coulant et tuant la totalité de l’équipage (8) à bord.  Pas mal, pour une première (et dernière) opération militaire.  On doit ajouter que ces pertes de vies ne sont pas les premières, puisqu’il aura préalablement coulé à deux autres reprises lors d’entraînements, puis récupéré.

HLHunleydwg

Vous pouvez admirer le groupe propulseur, 8 hommes-vapeur, occupant l’essentiel  de l’habitacle.

Le H.L. Hunley, du nom de son concepteur, lui-même victime à son bord lors du deuxième essai, sera sorti des eaux le 8 août 2000 et est depuis conservé au Warren Lasch Conservation Center au Charleston Navy Yard, en Caroline du Sud.

220px-CSSHLHunleyrecovery

Pour les fidèles qui suivent cette chronique, n’allez pas conclure à une fixation de ma part sur les sous-marins, même dans leur version comestible.  Au contraire, l’angoisse me gagne juste à l’idée d’être enfermé dans un de ces suppositoires d’acier.  Je ne suis que le chroniqueur.  Mais je dois avouer, en quelques rares occasions, m’être retrouvé en état de saoul marin, mais jamais à la barre.

310 jours…

Macdonald et Faure, autour de Valentin

Voici deux nouvelles mondaines, l’une heureuse et l’autre…probablement aussi, à propos de deux chefs d’État, à peine quelques jours après la Saint-Valentin.

1867. Directement de Londres, c’est avec grand bonheur que nous annonçons le mariage aujourd’hui à St George’s Hanover Square, de John Alexander Macdonald, veuf depuis dix ans de feue Isabella Clark, avec sa douce, Agnes Bernard.

John_A_Macdonald_(ca._1875)  agnes Bernard

Pourquoi ne pas joindre l’utile à l’agréable, devait-il se dire, alors à la Conférence de Londres pour mousser la British North America Act?

1899. C’est avec grande émotion que l’Élysée annonce aujourd’hui le départ précipité du président de la République, monsieur François Félix Faure, 58 ans, vers le pays des chasses heureuses.

220px-Felix_Faure

Il aurait succombé à une overdose de phosphure de zinc, le Viagra de l’époque, alors qu’il recevait la visite d’une dame Marguerite Steinheil, épouse du peintre Adolphe Steinheil.  Un curé ayant été appelé à son chevet, demandant si le président avait toujours sa connaissance, se serait fait répondre par les domestiques ‘’non, on l’a faite sortir par l’escalier de service’’.  Le tragique cédant au comique, on aurait désigné madame Steinheil la pompe funèbre.  Son ‘’ami’’ Georges Clémenceau aurait même affirmé du défunt, entre autres méchancetés : ‘’il voulait être César, il ne fut que Pompée’’.  Force est d’admettre qu’un siècle plus tard, le président Clinton aura fait preuve d’une constitution plus forte…

FFaure

On apprend que le président serait tombé raide mort au Salon Bleu de l’Élysée, la pièce privilégiée pour les ‘’audiences très particulières’’.  D’ébats à débats, il est clair que le Salon Bleu de notre Assemblée Nationale n’ait pas la même vocation.  Je ne m’aventurerai pas ici à propos d’un autre salon du même nom, sis dans la grande banlieue nord de la métropole…