Honoré

1848. Honoré Beaugrand, dont c’est aujourd’hui l’anniversaire, est connu de tous les Montréalais, du moins sous son incarnation de station à l’extrémité est de la ligne verte du métro de Montréal, ayant pignon à l’intersection des rues Sherbrooke et…Honoré Beaugrand.

metro H-B

À Saint-Joseph-de-Lanoraie, Louis Beaugrand et son épouse, Marie-Josephte (Joséphine) Marion, ont le bonheur d’annoncer la naissance du petit Honoré, qui, en devenant un Beaugrand garçon, marquera l’histoire de Montréal en fin du XIXe siècle.

Le jeune Honoré semble avoir la bougeotte, si l’on se fie à son court passage au collège Joliette, suivi d’une brève visite comme novice chez les clercs de Saint-Viateur, puis un petit saut à l’école militaire de Montréal, pour aboutir au Mexique, à l’âge de 17 ans, dans le corps expéditionnaire français d’Achille Bazaine au service de l’empereur Maximilien.  C’est un rythme qui aura sûrement plu à Denise Filiatrault. Du Mexique, il passe quelques mois en France, puis revient en Amérique, où il devient journaliste à La Nouvelle-Orléans, puis Saint Louis, Boston, Fall River…  Il traverse au Canada et fonde à Ottawa le journal Le Federal, qui ne durera que quelques mois, puis à Montréal, le satyrique  le Farceur et enfin La Patrie, où il y restera propriétaire durant 18 loooongues années, soit jusqu’en 1897, assez pour y faire sa fortune.

220px-Honore_Beaugrand

Pendant son court séjour à la mairie de Montréal, de 1885 à 1887, il se fera le champion de la vaccination obligatoire, alors que sévit une épidémie de petite vérole.  Libéral, franc-maçon et anticlérical, il s’opposera aux efforts d’Honoré Mercier, Wilfrid Laurier et le Mgr Fabre, notamment dans l’affaire Louis Riel.

 

 

Il commettra quelques œuvres littéraires, dont a plus populaire sera le recueil de légende La Chasse-Galerie, où des bûcherons se promènent en canoë volant; ironiquement, son nom est aujourd’hui associé, entre autres,  à un train souterrain.

300px-Lachassegalerie

Pour sa part, le concepteur de l’illustration du livre, le caricaturiste Henri Julien, héritera d’une rue traversant entre autres le Plateau Mont-Royal et la petite Italie.