M. Patate

1952. C’est la fête de M. Patate!

300px-Mr_Potato_Head_1952

Dans les années 40, George Lerner développe l’idée de personnaliser des légumes et fruits, la patate étant la préférée pour sa forme et son accessibilité, en y appliquant des pièces en plastique en forme de nez, de bouche, oreilles, pieds, etc…  Il propose son concept à différentes compagnies de jouets, qui n’y voient pas de potentiel, d’autant plus qu’à cette époque où le rationnement alimentaire est encore frais dans la mémoire collective, l’idée de gaspiller de la bouffe pour en faire des jouets serait plutôt controversée.

En fin de décennie, le New-Yorkais finit par convaincre une compagnie alimentaire à insérer les pièces individuellement en prime dans des boîtes de céréales.  Il reçoit alors 5 000$ pour les droits.  Peu de temps après, en 1951, non satisfait du sort réservé à sa création, il en parle à Henry et Merrill Hassenfeld, deux entrepreneurs vendant articles scolaires et jouets, sous la raison sociale Hassenfeld Brothers.   C’est le coup de foudre!  Une offre de 7 000$ au céréalier pour stopper la production et racheter les droits est acceptée.  Le concepteur recevra une avance de 500$, assortie de royautés de 5% sur toutes les unités vendues.

Le jouet, originalement présenté en un kit d’organes (tous politiquement correct) et de membres de base, sous le nom de Mr. Potato Head, voit le jour en ce 1er mai 1952, au prix de 0,95$.  C’est le premier jouet à être annoncé à la télévision; c’est également la première campagne publicitaire visant directement les enfants, pas leurs parents.  Les ventes dans la première année dépassent le million d’unités.  Mme Patate viendra le désennuyer l’année suivante, puis progressivement, une pléiade de dérivés s’y greffera, assurant longue vie et prospérité à l’entreprise et au créateur.  Éventuellement, M. Patate partagera même la vedette dans la trilogie Histoire de Jouets.

220px-Mr._Potato_Head_and_Friends

Par souci de sécurité, les normes gouvernementales se resserrent pour les jouets aux bouts contondants, augmentant ainsi la difficulté de fixer les organes de M. Patate sur le tubercule et ses amis.  En 1964, pour contourner cet écueil, Hasbro complètera le kit d’une patate de plastique, sauvant du même coup la pérennité du produit et le bac à légumes.

Tiens, pour les baby-boomers nostalgiques ayant grandi avec ce jouet, une nouvelle version pourrait bientôt faire fureur dans les résidences, ces royaumes du manger mou: M. Patate Pilée.  Il me vient également des idées pour M. Poutine, mais ce serait partir sur des tangentes périlleuses…