Lavoisier & Omar

1794. Antoine Laurent de Lavoisier, chimiste, philosophe, économiste et Fermier Général passe en ce 19 floréal de l’An II à la guillotine. C’est d’ailleurs ce dernier titre, attribué aux mandataires désignés par le roi pour le recouvrement des impôts, donc considérés par la Révolution comme ‘’les sangsues du peuple, une peste qui infecte le royaume, une vermine qui dévore la nation…’’ que lui et 27 de ses collègues perdront la tête sur l’échafaud.

Antoine_Laurent_de_Lavoisier

Considéré comme le père de la chimie moderne, c’est celui qui, avec l’élaboration de la nature du phénomène de combustion (oxydation rapide), viendra démolir la théorie phlogistique, développée un siècle plus tôt par J.J. Becher.  Mon érudition scientifique arrivant rapidement ici à sa limite, je ne m’avancerai pas davantage sur le sujet; disons que la contribution de Lavoisier  pourrait être l’équivalent chimique de la démontration que la Terre tourne autour du soleil, et non le contraire.

On lui attribuera la maxime ‘’Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme’’, mais la paternité de cet énoncé reviendrait plus à Anaxore de Clazomènes, philosophe astronome présocratique« (donc avant le bon vieux Socrate), soit un demi millénaire avant J-C.

Soucieux de terminer une de ses expériences au moment du prononcé de sa sentence, il voit sa demande de sursis rejetée du revers de la main par le président du tribunal révolutionnaire, le méchant  Jean-Baptiste Coffinhal qui lui lance ‘’La République n’a pas besoin de savants ni de chimistes; le cours de justice ne peut être suspendu.’’

Tiens, tout est question de perceptions, mais je vois ici un léger parallèle entre l’intransigeance de la révolution française et l’acharnement obstiné de notre bon gouvernement conservateur, entre autre avec sa loi C-51, à nous protéger de tout et de nous-mêmes.  On peut même entendre notre premier ministre s’adresser à la masse bêlante, entonnant ‘’La majorité des Canadiens et des Canadiennes sont d’accord avec…’’ pour justifier ses mesures.   Malgré tout, on peut se réjouir de voir un Omar Khader  (peut-on parler de la saison du Omar?) enfin respirer un peu d’air de liberté.  Et de voir aussi le Canadien enfin en gagner une, pour bien finir la semaine…