Frontenac

1622. À Saint-Germain-en-Laye, Henri de Buade de Frontenac et Anne Phélypeaux deviennent les heureux parents du petit Louis. Hélas, lors de son baptême, célébré le 30 juillet 1623, le fiston sera déjà orphelin, son papa ayant péri lors d’une campagne militaire l’année précédente. Qu’à cela ne tienne, le parrain ne sera nul autre que le roi Louis XIII, alors que Catherine Henriette de Bourbon, dite Mademoiselle de Vendôme, l’épouse du duc d’Elbeuf (un ami d’enfance de Louis XIII) assumera le rôle de marraine.

Plus tard, sous le règne de Louis XIV, Louis de Buade, comte de Frontenac et de Palluau viendra en Nouvelle-France, où il agira à titre de gouverneur général en deux mandats distincts, soit de 1672 à 1682, puis de 1689 jusqu’à sa mort, le 28 novembre 1698.

Frontenac_receiving_the_envoy_of_Sir_William_Phipps_demanding_the_surrender_of_Quebec,_1690

On se rappelle tous bien sûr cette célèbre rencontre à Québec avec l’émissaire de l’amiral anglais William Phipps , à qui il répondra à l’ultimatum de se rendre : ‘’…quant à votre général, qu’il sache que je n’ai point de réponse à lui faire que par la bouche de mes canons et à coups de fusils’’.  Comme diraient en choeur les experts de RDS et TVA Sports, le momentum passe dorénavant de son bord.

Frontenac_par_Philippe_Hebert

220px-Anne_de_La_Grange-Trianon_by_Circle_of_François-Hubert_DrouaisPar contre, nos p’tits livres d’histoire sont restés cois quant à sa vie privée.  Avant les aventures en Nouvelle-France, le jeune militaire de carrière, qui semble-t-il peine à régler le minimum dû sur ses cartes VISA et AMEX, tombe en amour avec Anne de la Grange-Trianon, riche héritière, attirée par le potentiel de s’approcher du glam de la cour royale.  Ils se marient en secret.  Ceci provoque l’ire du paternel de La Grange-Trianon, Sieur de Neufville, demeuré farouchement opposé au mariage de sa fille avec le prétendant au portefeuille mou (dommage que le fromage d’Oka n’existe pas encore).  Elle est donc déshéritée.

Francois-Athenais_de_Rochechouart

La passion du début s’étiolera assez rapidement, les deux tourtereaux partageant de fortes personnalités et un train de vie extravagant.  Frontenac n’aide pas sa cause avec les rumeurs d’escapades galantes avec Madame de Montespan, la Best du Roi-Soleil. Il partira donc seul pour la Nouvelle-France, échappant ainsi aux créanciers et la saisie (et un peu de sa femme itou).  Paradoxalement, la distance les rapprochera, alors qu’elle restera sa fidèle alliée auprès de la cour royale durant les exils mandats de son époux dans la colonie.  Au risque d’être taxé de potineux, j’imagine que le salaire du gouverneur général étant versé directement dans le compte de madame n’aura pas nui…