First Fleet

1787. Onze navires quittent le port de Portsmouth, Angleterre, pour un long, très long voyage qui durera 252 jours vers Botany Bay, en Nouvelle-Galles du Sud. C’est la ‘’Terre Promise’’ pour un millier de bagnards et leur escorte militaire. Les colonies d’Amérique s’étant fermées à cette classe d’immigrants depuis la conclusion de la guerre d’indépendance américaine quelques années plus tôt, voilà une bonne idée pour établir une colonie pénale pour une brochette de VIP.  On parle ici de criminels (et criminelles) ayant écopé de peines d’exil de sept ans et plus pour fraude, assaut, vol, parjure et autres méchancetés, dans un coin perdu de l’océan Pacifique Sud.

First Fleet Itinerary

À la tête de ce First Fleet (Première Flotte), le capitaine Arthur Phillip réussira à mener presque tout son monde à bon port, un exploit exceptionnel pour un si long périple et des conditions difficiles.  Des 1 420 voyageurs ayant pris le départ, 104 succomberont à la maladie, alors que 20 autres naîtront (près de 9 mois en mer, quand même), pour un total de 1 336 atteignant la destination, le 18 janvier 1788.  Voilà donc la première cuvée européenne d’immigration en Australie.

flag_raising Australia

En comparaison, la Second Fleet, cette fois une ‘’croisière’’ confiée l’année suivante à des entrepreneurs commerciaux, plus soucieux des marchandises que de leurs passagers, verra sa population carcérale, confinée dans des conditions abjectes, décimée du quart durant le voyage, sans compter 124 décès parmi les plus mal en point des survivants peu après leur arrivée.  Pour sauver temps (100 jours) et argent, on aura éliminé les escales à Tenerife (Îles Canaries) et Rio de Janeiro, n’arrêtant qu’une seule fois, au Cap de Bonne-Espérance.  On a beau critiquer les institutions publiques, mais laisser carte blanche à l’entreprise privée, comme en fait foi cette aventure, peut résulter en dérive.

Il est dommage que nous ne puissions avoir accès aujourd’hui à de tels endroits pour les peupler avec les incompris de notre société; nous aurions déjà maires, sénateurs, médecins, ingénieurs et autres croches prêts à démarrer une toute nouvelle société…