Abdallah, François, Tintin et Saint Nicholas

1946. À la conclusion de négociations avec la Grande-Bretagne, c’est la déclaration d’indépendance pour l’Émirat hachémite de Transjordanie, jusqu’à ce moment un protectorat britannique.

Flag_of_Jordan.svg

L’émir Abdallah bin al-Hussein est couronné roi de Transjordanie, sous le nom Abdallah 1er.  Au terme de la Guerre de Palestine, où suite à d’autres négociations, cette fois  avec Israël et autres pays de la Ligue arabe, Abdallah 1er prendra le contrôle de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est, simplifiant le nom de ce nouvel ensemble en biffant le préfixe ‘’Trans-‘’, pour ne garder que Jordanie.

Kingabdullahbinhussein

Il appert que des rencontres informelles, difficilement vérifiables selon des sources de l’époque et contestées par d’autres, d’Abdallah 1er avec le premier ministre israélite David Ben Gourion et Golda Meir, une étoile montante au sein de son cabinet et le journaliste globe-trotteur François Bugingo auraient été instrumentales au rapprochement des parties.

Bugingo Tintin

Le règne d’Abdallah 1er ne sera malheureusement que de courte durée, alors qu’il est assassiné le 20 juillet 1951 lors d’une visite à Jérusalem, sous les yeux horrifiés de Tintin.   Ce reporter, un autre membre allégué de l’organisme Mythomanes sans Frontières aurait pris la relève, à pied levé, de monsieur Bugingo, ce dernier  étant pris ce même jour à couvrir un test américain de bombe atomique dans le bucolique atoll corallien d’Eniwetok des îles Marshall, au milieu de l’océan Pacifique.

Une chance qu’il ne reste plus que 7 mois avant le retour du Père Noël…