Vulcanisation

1844. Le brevet américain no. 3,633 est accordé à Charles Goodyear pour la vulcanisation du caoutchouc. C’est un procédé de cuisson avec un mélange de soufre rendant le caoutchouc plus élastique, mais surtout le stabilisant pour résister aux fluctuations de température et autres méchancetés de la nature que je me garderai de décrire, mes connaissances dans le merveilleux monde de la chimie étant d’une nullité désespérante.

Goodyear

Son brevet aura été précédé d’à peine quelques semaines par un autre, accordé en Grande-Bretagne à  Thomas Hancock, ce dernier ayant développé son procédé en s’inspirant de premiers échantillons cuisinés par Goodyear.  Mais il est entendu que le mérite appartient à Goodyear, pour les nombreuses années de labeur acharné, malgré les faillites et les atteintes sérieuses à sa santé causées par l’exposition aux substances; on peut d’ailleurs constater les effets ravageurs sur sa physionomie.

C.Goodyear Mr.Spock

La Goodyear Tire & Rubber Company verra le jour près de 40 ans après sa mort, n’ayant pour seul lien avec le nom Goodyear qu’un  clin d’œil à l’inventeur.