La croisière ne s’amuse pas!

1945. Il est 00h14 alors que le croiseur USS Indianapolis, en transit et sans escorte, de Guam aux Philippines, est atteint de deux torpilles, gracieuseté du sous-marin I-58 de la Marine impériale japonaise.

300px-USS_Indianapolis_at_Mare_Island

Quatre jours plus tôt, l’Indianapolis livrait à la base de l’île Tinian les composantes majeures pour l’assemblage final des bombes nucléaires qui allaient pulvériser, les 6 et 9 août les villes d’Hiroshima et de Nagasaki.

300px-IJN_SS_I-58(II)_on_trial_run_in_1944

Mortellement atteint, le bâtiment coule dans les minutes qui suivent, emportant 300 marins vers le fond.  Près de 900 marins survivent à l’attaque.  Par contre, bon nombre d’entre eux envieront leurs camarades noyés dans le naufrage, car leur calvaire ne fait que commencer.

240px-USS_Indianapolis-last_voyage_chart

Avant de couler, des messages de détresse sont envoyés.  Trois stations capteront ces messages, mais sans réagir; un parce que l’officier en poste est trop saoul, un autre parce que le commandant du poste avait exigé  de ne pas être dérangé et le dernier parce que l’officier est convaincu que le message ne peut être qu’un piège tendu par les Japonais.  Pire, le retard du navire à sa destination ne sera même pas remarqué, jusqu’à ce qu’un hydravion commence à cueillir des marins en mer, presque 4 jours plus tard.

À la vitesse où le navire a coulé, très peu d’embarcations auront pu être déployées, de sorte que la grande majorité des naufragés n’auront que leur veste de sauvetage pour rester à flot durant l’interminable attente de secours.   Au fil des jours, plusieurs feront office de buffet flottant en cette  mer des Philippines infestée de requins, alors que d’autres succomberont à l’hypothermie, la déshydratation, la faim ou, en étant en proie de délire, s’être enlevé la vie ou celle d’un collègue.  Au final, seuls 317 marins survivront à cet enfer, dont le commandant Charles B. McVay, pour qui la perte de son vaisseau et ses hommes aura vraiment gâché son jour de fête.  Hanté par le remords, il s’enlèvera la vie en 1968.  Pour sa part, son adversaire, le commandant du sous-marin japonais, Mochitsura Hashimoto se recyclera éventuellement en prêtre shinto.

USS IndianapolisCourage

Si cette histoire vous a plu, c’est avec plaisir que je vous annonce qu’elle vous sera racontée au cinéma dès juin prochain, sous le titre USS Indianapolis : Men of Courage, mettant en vedette Nicolas Cage dans le rôle du commandant McVay, plus plein d’amis flottants et de requins souriants, sûrement…

requin souriant