Saint Stephen I

1083. C’est la canonisation de Stephen I, premier roi de Hongrie, ayant régné de 1000 à 1038. On en profitera pour canoniser en ce jour son fils Emeric, ainsi que son mentor,  Gérard de Csanád, l’évêque à qui le bon roi Stephen en aurait confié l’éducation.

220px-St._Stephen,_Esztergom

Vénéré comme saint patron de la Hongrie, on le considère également le protecteur des rois, des maçons, des tailleurs de pierre et des enfants souffrant de maladies mortelles.   Souhaitons quand même à tous les parents de ne pas avoir besoin de ses services…

 

À sa mort, le 15 août 1038, il est inhumé dans un sarcophage à la basilique de Székesfehérvár.  Par souci de sécurité, sa dépouille sera déplacée peu de temps après  au sous-sol, dans une catacombe.

Holy Dexter

Or lors du transfert, sa main droite, étant reconnue selon la légende pour ses pouvoirs miraculeux, ne suivra pas, subtilisée par Mercurius, le clerc chargé d’effectuer ledit transfert.  Elle ne sera retrouvée qu’en 1184 dans le comté de Bihar, en Roumanie.  Je vous épargne les détails, mais celle qu’on appelle The Holy Dexter connaîtra une riche carrière solo, visitant ou logeant à diverses adresses d’Europe au cours des siècles, pour reposer, depuis 1950, à la basilique St. Stephen à Budapest.

Avouons que Stephen, même si le pendant français de Wikipedia gâche un peu la sauce en le rebaptisant Étienne, est un nom très populaire (and I use the term very loosely) au Canada.

Toujours dans l’embarras à propos du «Duffygate », notre Stephen national a lui-même à composer avec une main droite biblique (selon Saint Matthieu) qui a dû opérer sa générosité sans que la main gauche n’en soit alertée, tel que justifié par son ancien bras droit, à qui il a joyeusement envoyé son pied.  Holy Dexter, vous me suivez?  Ce n’est pas grave.

Il reste encore 60 longs jours avant les érections, comme M. Harper l’a si souvent répété dans le passé.  C’est long et ça risque de ne pas lever pour lui…