Ma-ka-tai-me-she-kia-kiak, dit Buse noire

1832. Suite à la bataille de Bad Axe, c’est la reddition des chefs guerriers Black Hawk, White Cloud et d’une poignée de survivants à Prairie du Chien, au Wisconsin.

220px-Chief_Black_Hawk3

Ulcéré par la cession de ses terres ancestrales au Traité de St. Louis de 1804, en jaune sur la carte, contre une somme forfaitaire de 2 234,50$, assortie d’un paiement annuel de 1 000$, Black Hawk aura fait partie du British Band, un groupement de guerriers amérindiens des nations Sauk, Fox, Kickapoo, Ottawa et autres, alliés des Anglais contre les Américains lors de la guerre de 1812.  Malheureusement, les Américains maintiendront leur mainmise dans cette région.  Plusieurs autres British Bands réussiront leur invasion en Amérique, tels les Beatles, Rolling Stones, Who, Queen et bien d’autres, mais ce sera pour plus tard, beaucoup plus tard…

220px-Stlouistreatymap1804

Hostile aux colons blancs américains et engagé à reprendre son territoire, incluant Saukenuk, son village natal, Black Hawk y fera plusieurs incursions, culminant en 1832 en guerre ouverte, appelée Black Hawk War.  Le massacre de son équipe (incluant femmes et enfants) par l’armée et les milices américaines à la finale de Bad Axe forcera Black Hawk à se rendre.

Durant sa captivité, on le promènera avec des collègues, tels des trophées, dans une tournée des grandes villes de l’Amérique, incluant Washington, D.C. où ils rencontreront le président Andrew Jackson.

Blackhawks2015

Plus près de nous, des descendants de ce fier guerrier se taperont une troisième tournée triomphale en cinq ans, au grand plaisir du président Barack Obama…

Cent dix-neuf!