Fais ce que dois

1952. Décès aujourd’hui, à la veille de son 84e anniversaire, de Joseph-Napoléon-Henri Bourassa.

Henri_bourassa

Avant de devenir une artère majeure du nord de la ville de Montréal, puis une station de métro et autres belles choses, il aura tour à tour été maire de Montebello, puis de sa voisine Papineauville, passant ensuite à la politique fédérale comme député du comté de Labelle, puis député provincial dans le comté de Saint-Hyacinthe.  Il prendra une pause politique pour fonder et diriger le journal Le Devoir, puis s’emmerdant avec le journalisme, il retournera parlementer à Ottawa pour son comté de Labelle.

220px-Lomer_Gouin,_2nd_in_1910

Il aura réussi à battre au provincial le premier ministre Lomer Gouin dans la circonscription de Montréal No. 2 (plus tard Montréal-Saint-Jacques) aux élections provinciales de 1908, sans toutefois le déloger, puisqu’ayant également gagné dans Saint-Hyacinthe.  Que voulez-vous, à l’époque il était permis de se présenter dans plus d’un comté.  Aujourd’hui, les chemises se déchirent au moindre parachutage; une chance qu’elles sont fabriquées au Bang la dèche, ça fait moins mal au portefeuille.  La photo semble montrer un monsieur Gouin vérifiant la solidité de son vêtement au moment où il apprend qu’il gardera son poste malgré la défaite contre son futur voisin de boulevard.  Fiou!  Par contre, certains pourraient croire en une variante de la mise en pratique des écrits de l’Évangile, comme s’assurer que l’enveloppe brune tenue par la main droite ne soit pas vue de la gauche.

Contrairement à bien des politiciens de notre génération, Henri Bourassa ne se sera pas confiné à un rôle de plante verte, quittant même la politique, momentanément,  en dissidence à son chef, le premier ministre Wilfrid Laurier, à propos de la participation du Canada à la Seconde Guerre des Boers en Afrique du Sud.  D’ailleurs, la devise Fais ce que dois du journal Le Devoir est une référence directe au geste de protestation politique de son créateur.  Puisque dans les devises, serait-il de bon ton de suggérer Suis mon doigt à un autre journal?…