Montréal capitule

1760. C’est un triste jour pour Pierre de Rigaud de Vaudreuil, le Gouverneur-Général de la Nouvelle-France, alors qu’il signe la capitulation de Montréal, négociée avec son vis-à-vis, le Major-General Jeffrey Amherst.

220px-Marquis_de_Vaudreuil220px-Amherst

Il n’a pas tellement le choix, préférant épargner les quelque 2 400 soldats et miliciens disponibles, face à un ennemi totalisant 17 000 hommes, sans compter les alliés autochtones ayant changé d’allégeance.  Le régime militaire britannique commence dès lors et sera maintenu jusqu’à la cession définitive à la Grande-Bretagne de la colonie par la France au Traité de Paris de 1763.

Le document, rédigé en français, assure aux Canadiens les mêmes droits et privilèges reconnus aux autres sujets de la couronne britannique.

250px-Capitulation_Montreal

S’il avait seulement pensé à positionner stratégiquement ses cônes orange sur le chemin du Roy, peut-être aurait-il pu décourager et forcer les pauvres Anglais à retraiter vers Québec…

cônes