Fistule Royale

1686. « Mon Dieu, je me remets entre vos mains ». Ce cri du cœur serait le feu vert du Roi-Soleil, accordé à son chirurgien pour entamer ce matin à Versailles, en présence de quelques intimes, dont Madame de Maintenon, quelques apothicaires, son ministre de la Guerre et son confesseur, le père La Chaise, une procédure délicate à l’orifice où le soleil ne brille habituellement pas, justement. Depuis des mois que Louis XIV souffrait, surtout assis, ses médecins incapables de le soulager, malgré les multiples pommades, lavements, purgations ou saignées.

Charles-François Félix

Sous un stress énorme, Charles-François Félix, barbier et chirurgien du roi, aura quand même pris soin de se faire la main durant plusieurs semaines, pratiquant sur quelque 75 « volontaires », avec ou sans fistules, tout en mettant au point ses instruments, dont un écarteur et un bistouri, « recourbé à la royale » avant de s’attaquer à l’anus monarchique.

ECARTEUR_louis-XIV   SCALPEL_Louis-XIV

Même si le patient aura royalement bien enduré le supplice pendant trois longues heures, il faut admirer le courage de son chirurgien, zigonnant, sans anesthésie, dans les entrailles de l’être le plus puissant sur Terre.  Le succès de l’intervention lui vaudra la reconnaissance du souverain, qui lui accordera fortune et noblesse.  Ça tombe bien, car suite à cette épreuve, il ne touchera plus à un bistouri.

Accordons une pensée spéciale aux 75 braves « fistuleux de Paris », certains ayant succombé durant ou après l’intervention en rodage, grâce à qui les bien-pensants peuvent aujourd’hui se réjouir à l’idée que la procédure à la fistule anale fut certifiée « non testée sur des animaux »…

rat

Plus que 36 jours avant Noël!