Vive la mariée!

1947. Liz and PhilC’est la fête dans le royaume, alors que la princesse Elizabeth de la maison de Windsor et Philip Mountbatten – originalement de la maison Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksburg, mais « britannisé » et simplifié à Mountbatten pour le rendre plus sympa aux yeux du bon peuple, toujours pas totalement remis des séquelles de la guerre – s’échangent un «I do! ».  Tiens, voilà une inspiration pour iDo, une appli matrimoniale, ou à tout le moins consensuelle; il est surprennant qu’Apple n’ait pas encore breveté ça…

250px-Queen_Elizabeth_wedding_dressPuisqu’il y a toujours rationnement sur plusieurs biens en Grande-Bretagne, la monarque en devenir devra se servir de coupons de ration pour la confection de sa robe.  Étant destinée à éventuellement devenir la « II », qui règne d’ailleurs encore à ce jour, le gouvernement lui accorde le privilège d’une « avance » de 200 coupons.  Des centaines de sujettes lui offriront aussi leurs coupons, mais ne pouvant verser dans l’illégalité, elle devra les remettre.  Notons que malgré les contraintes du rationnement, le couturier royal aura fait un job honnête sur la robe nuptiale.

Il y a cependant un petit bémol quant au choix de la sous-traitance pour le satin de la robe et sa traîne.  La reine mère aurait en effet insisté pour que la soie soit produite par des vers provenant de la République de Chine, donc des alliés, plutôt que leurs méchants cousins issus de pays ennemis, tels le Japon et l’Italie.  Si le look de la robe est exquis pour la cérémonie,  sa dégradation au fil des ans nous fera comprendre pourquoi on ne peut trouver aucun article japonais ou italien au Dollarama.  Joyeux 68e à Liz & Phil!

Queen_Elizabeth_II_March_2015  Prince_Philip_March_2015

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.