Monumentale érection, prise 2

En début de semaine je soulignais la spectaculaire relocalisation, en 1836, d’un obélisque* du temple d’Amon de Louxor à la place de la Concorde à Paris, un cadeau de l’Égypte.  J’avoue avoir maintenu le même titre de chronique pour m’assurer votre attention…

think-big1886. Cinquante ans plus tard, la France fera preuve d’une aussi monumentale générosité, sûrement inspirée par les paroles du Seigneur, soit qu’il y a plus de joie à donner qu’à recevoir (Actes 20 :35). Ce ne sera toutefois pas un obélisque**, car bien avant Elvis Gratton, les Français ont compris que les Américains ont une affection pour les grandeurs. Ce sera une énoooorme statue, conçue et réalisée par le tandem Bartholdi/Eiffel, pour leurs amis d’Amérique.

statue_of_liberty_-_4621961395C’est donc aujourd’hui l’inauguration, sur une petite île à l’embouchure de la rivière Hudson, devant New York, de ce modeste cadeau français pour commémorer le centenaire de son indépendance.  La Liberté éclairant le monde, nom original de l’œuvre, sera rapidement rebaptisée Statue de la Liberté.

Mais le centenaire de ladite Déclaration d’Indépendance aurait été célébré en 1876, pas 1886, protesteraient certains d’entre vous, avec raison.  Que voulez-vous, les délais causés par le financement, la main d’œuvre, le contexte politique, etc., auront raison des bonnes volontés.  Il n’y a pas que le CHUM, pour ne nommer qu’un exemple, qui éprouve des difficultés à aboutir…

*C’est simplement que je trouve amusant d’accoler un astérisque à obélisque

**Dommage, le second obélisque aurait potentiellement pu servir, la France détenant toujours à ce moment-là son option pour un transfert, mais contrairement à son jumeau, il restera sagement et solitairement devant l’entrée du temple***

louxor_dromos__pylone

***Le temple ne fait pas partie du capital immobilier Trump