Mille neuf cent quatre-vingt-quatre

2007. Une révolution s’annonce, alors que Steve Jobs procède, non sans fierté, au lancement du p’tit dernier de son verger, le iphone.

J’ambitionnais pondre une chronique sur ce sujet hier, mais ne pouvant aligner trois phrases cohérentes, je me suis tu.  Tu me suis-tu?

Pourtant, j’avais navigué sur les internets pour me documenter, incluant le visionnement complet de son homélie à la planète.  Son préambule relatait la série d’innovations produites par Apple, en commençant par l’ordinateur de table Macintosh en 1984.

D’ailleurs, comment peut-on oublier ce spot publicitaire historique à saveur orwellienne diffusé lors d’une autre grand-messe, le XVIIIe Super Bowl.  On y voit une foule d’abrutis gavés du lavage de cerveau servi sur grand écran par Big Brother, vantant les ‘’glorieuses Directives de purification de l’information’’ conduisant à la fin des ‘’pensées contradictoires’’.  Sur ce fond glauque et monochrome arrive une jeune femme athlétique (et en couleur) qui pulvérisera l’écran de son marteau.  Suivra le message : ‘’Le 24 janvier, Apple Computer lancera le Macintosh.  Et vous verrez pourquoi 1984 ne sera pas comme 1984’’.

Grâce à internet et les réseaux sociaux, l’information n’aura jamais été aussi accessible, hélas idem pour la désinformation.  Si 1984 n’a finalement pas ressemblé au 1984 de George Orwell, on peut sentir une glissade quand les likes, les ti-minous cutes et les twits supplantent ou tordent l’actualité. Avouons que l’oncle George serait très inquiet aujourd’hui.  Ou fier de voir sa prophétie prendre forme.  C’est selon…

Leave a Reply