Jan the Sole Man

1883. Le brevet #274,207 est octroyé aujourd’hui à Jan E. Matzeliger pour sa machine à assembler le dessus d’un soulier à sa semelle, révolutionnant ainsi l’industrie de la chaussure en Nouvelle-Angleterre. D’une cadence de fabrication en mode artisanal de 50 paires de chaussures par quart de 10 heures de travail pour un assembleur expérimenté, cette invention permettra de la faire passer à 700 paires. Par conséquent, les prix chuteront et l’accessibilité deviendra universelle pour les pieds d’Amérique.  Il n’y aura pas que des heureux dans cette histoire, car la conception de cette machine, un tour de force considéré impensable à l’époque, viendra éliminer la chasse gardée d’un groupe d’artisans spécialisés qui jusqu’à ce moment, pouvaient se permettre d’imposer leurs conditions à l’employeur.

Le pauvre Jan ne pourra jouir longtemps de son succès, succombant à la tuberculose six ans plus tard, à peine quelques semaines avant son 37e anniversaire.  Because les considérations raciales, la reconnaissance viendra sur le tard pour le mulâtre originaire de la Guyane néerlandaise, aujourd’hui le Surinam.  Si l’on connaît bien ici l’expression des bottines qui suivent les babines, on pourra affirmer que dans le cas Jan E. Matzeliger, ce sont plutôt les babines qui auront tardé à suivre les bottines