Houston

1793. À Rockbridge County, dans l’État de la Virginie, la cigogne comble aujourd’hui le major Samuel Houston et son épouse Elizabeth Paxton avec la livraison de Sam, leur 5e fils. Le p’tit connaîtra un glorieux parcours.

1836. En pleine révolution texane, alors que le fort Alamo est assiégé, c’est jour de signature à Washington-on-the-Brazos de la déclaration d’indépendance du Texas vis-à-vis le Mexique, un document rédigé hâtivement, comptant Sam Houston (le jour de sa fête) parmi la soixantaine de signataires.

Ça ne met pas un terme immédiat aux hostilités, puisque les mexicains du méchant général Antonio Lopez de Santa Anna massacreront John Wayne et ses insoumis au fort Alamo quelques jours plus tard.

Or, le général Sam Houston assurera la revanche le mois suivant à la bataille de San Jacinto (22 avril 1836), une escarmouche éclair de 18 minutes où il surprendra les forces de Santa Anna en pleine sieste.

Sam Houston sera un des présidents de la courte histoire de la république du Texas, puis éventuellement le gouverneur de l’état du Texas, suite à son annexion au sein des États-Unis.

2018. Les rumeurs courent à l’effet que Houston pourrait être la prochaine ville, après Seattle, à se voir octroyer une franchise de la LNH. Peut-être que PKP pourrait s’inspirer de Sam Houston, style proclamer l’indépendance du Québec, puis se laisser annexer par les USA, devenir le gouverneur du Québec, pour enfin convaincre monsieur Bettman de considérer la candidature des Nordiques?…

297 jours…