Le président fou

1920. Hélas les amis, malgré le titre de cette chronique, il n’est pas question ici du présent occupant de la Maison-Blanche. L’évènement du jour appartient plutôt à un coloré (bien malgré lui), mais éphémère président de la République française, Paul Deschanel.

Dans le train de nuit qui doit le mener à Montbrison pour y inaugurer un monument de guerre, monsieur le Président se retire dans son wagon-couchette pour dormir.  La chaleur insupportable empêchant, malgré la prise de somnifères, le premier magistrat de s’assoupir, ce dernier décidera d’ouvrir la fenêtre pour enfin respirer.  La somnolence aidant, le pauvre homme culbute par la fenêtre du train en mouvement sans que son entourage s’en aperçoive, du moins pas avant 7 heures le lendemain matin.  Malgré sa chute, les blessures ne seront que superficielles.

Faisant l’inspection des rails aux petites heures du matin, André Radeau arrive face à face avec un homme qu’il croit être ivre, en pyjama, ensanglanté et pieds nus, affirmant, en prime, être le président de la République.  Sceptique, le cheminot guide l’étrange personnage vers la maison du garde-barrière où on alertera la gendarmerie après l’avoir soigné et mis au lit.

Si cet incident, probablement dû au syndrome d’Elpénor, s’avère sans grande conséquence physique pour l’homme, c’est une tout autre histoire pour le politique.  Victime de dépression et de crises d’angoisse, sa condition mentale déjà considérée suspecte, il n’en faut donc pas plus, surtout pour ses ennemis, de s’acharner sur lui.

On lui attribuera des frasques telles que d’avoir reçu un ambassadeur nu (lui, pas l’ambassadeur), d’avoir servi en rappel le même discours à Nice, mot pour mot, suite à l’accueil enthousiaste de la foule, d’avoir tenté de pêcher des carpes à mains nues dans le bassin de la résidence officielle, ou encore d’avoir signé Vercingétorix ou Napoléon sur des documents et autres niaiseries…  Sûrement des ouï-dire, car non vérifiables pour la plupart.  À peine au pouvoir depuis janvier, il remettra sa démission en septembre de la même année.

Et plusieurs prient sûrement à un remake de l’incident, cette fois à bord de l’appareil Air Force One…

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.