Orval & the Little Rock Nine

1958. Désolé, le titre de cette chronique n’est aucunement relié à un groupe ou évènement musical.

Ce 8 mai marque le départ des 3 derniers soldats de la Garde nationale de l’État de l’Arkansas  encore en poste pour assurer la protection de neuf étudiants de race noire sur le campus de la Little Rock Central High School.  C’est cette même Garde nationale qui, au début des classes l’automne précédent, avait été mobilisée par le gouverneur Orval E. Faubus* pour bloquer l’accès du lycée d’élite, traditionnellement réservé à une clientèle exclusivement blanche (comme la majorité des institutions de l’époque), à ces étudiants.

Le geste du gouverneur Faubus, un pied de nez à la décision en 1954 de la Cour Suprême des États-Unis (Brown v. Board of Education) rendant inconstitutionnelle la ségrégation raciale dans les écoles, force la main au président Eisenhower qui fédéralise la Garde nationale et envoie la 101e division aéroportée avec mission d’escorter et protéger les étudiants noirs à l’école.  Pour illustrer l’enjeu de l’effort d’intégration, le nombre de militaires affectés dans et autour de la Little Rock Central High School dépassera pendant un temps les 1300 têtes.

Mémorial aux Little Rock Nine, devant le Capitol de l’État de l’Arkansas

Nos respects à Minnijean, Elizabeth, Gloria, Melba, Thelma, Ernest, Jefferson, Terrence et Carlotta, membres émérites du Little Rock Nine.

*À ne pas confondre avec la tête d’affiche Alfred E. Newman, créé par Norman Mingo et son immortel slogan ‘’What, me worry?’’ dans le magazine satirique MAD, publié en première le 8 mai 1952

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.