Échos de la pouponnière – Leo

1863. Souhaitons aujourd’hui la bienvenue en ce monde au petit Leo Hendrik Baekeland, fils de cordonnier à Gand, Belgique. 

Doué en chimie, physique et mathématique, il obtient un doctorat en sciences naturelles.  Émigré aux USA, il se fera d’abord connaître pour le développement et la commercialisation d’un papier photographique appelé Velox, qui sera acheté par Eastman Kodak.

Mais c’est surtout le produit de cette vente qui l’aidera à financer ses recherches sur les matières plastiques, aboutissant à la création de l’anhydrure de polyoxybenzylméthylèneglycol, un polymère thermodurcissable.  Pour faire simple, le nom adopté pour le brevet et la commercialisation sera la Bakélite (Bakelite).

Ce ne sera rien de moins qu’une révolution, avec des applications multiples pour ce matériau moulé non conducteur, pouvant autant imiter le métal que le bois ou l’ivoire, tels que boîtiers de téléphones, radios, isolants électriques, boules de billard, même la ‘’Rickenbacker 1935 Bakelite Model B Spanish guitar’’.    Et pour les plus jeunes qui n’ont pas connu le XXe siècle, allez faire un tour à la salle de bains; le pommeau de douche et plusieurs autres accessoires sont fort probablement des produits d’anhydrure de polyoxybenzylméthylèneglycol.

Surnommé le père de l’industrie du plastique avec plus d’une centaine de brevets à son actif et plusieurs milliers de produits issus d’anhydrure de polyoxybenzylméthylèneglycol (merci à la fonction copier-coller), Leo a finalement élu domicile en 1944, bien malgré lui, au cimetière de Sleepy Hollow, dans la ville de Mount Pleasant, aux abords de la rivière Hudson (NY).

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.