La Noche Triste

1520. À Mexico-Tenochtitlan, l’esprit n’est définitivement pas à la fête en cette nuit du 30 juin pour le conquistador Fernando Cortés de Monroy Pizarro Altamirano (ou pour faire simple, Hernán Cortés). À peine revenu d’une expédition à Veracruz, où il a défait une expédition envoyée par le gouverneur de Cuba pour le mettre en état d’arrestation, notre ami Fernand et ses hommes doivent prestement lever les feutres face à la révolte des Aztèques.

Ayant laissé les rênes pendant son absence à son bras gauche Pedro de Alvarado, ce dernier, peut-être un brin parano, avait procédé au massacre de plusieurs membres de l’aristocratie locale soupçonnés de complot. Mauvaise idée.

Or il est bon de préciser ici que Mexico-Tenochtitlan, la capitale de l’empire aztèque est construite sur une île du lac Texcoco (aujourd’hui presque totalement asséché). Faute de ponts, détruits par les Aztèques, les fuyards espagnols doivent se servir d’embarcations inadéquates pour soutenir en plus le poids de leurs armes, mais surtout l’or pillé de la cité depuis leur arrivée. Plusieurs périront noyés ou tués par leurs poursuivants.

La rive atteinte, dans un moment d’émotion lors d’une pause au pied d’un cyprès, Cortés aurait selon la légende pleuré la fin tragique de plusieurs compagnons, d’où la Triste Nuit.

Mais n’ayez crainte, il s’en remettra rapidement, reviendra en force un an plus tard, assiègera Tenochtitlan et remportera de façon définitive, signifiant la fin de l’empire aztèque.

Il n’a évidemment été question jusqu’ici que de tristesse espagnole. Pourtant, du côté mexicain faut-il souligner la mort durant cette révolte du roi, puis otage Moctezuma II, de Mexico-Tenochtitlan.

Pendant ce temps à Saint-Malo, fraîchement marié à Catherine, fille de Jacques des Granges, Jacques Cartier n’a peut-être pas encore réalisé qu’il irait découvrir, quatorze ans plus tard, le Canada. Hélas, il ne naviguera pas à l’envers de l’hiver…

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.