La Somme des tragédies

1916. Alors que la bataille de Verdun (non, pas l’arrondissement de Montréal) fait toujours rage entre Français et Allemands, voici que les Britanniques déclenchent en ce beau matin du 1er juillet leur attaque sur les lignes fortifiées allemandes près du fleuve Somme.

Suite à une semaine de bombardements intenses, incluant une orgie de pilonnage dans l’heure précédant le signal, 66 000 soldats se précipitent, en fait non, sortent de leurs tranchées avec ordre de marcher vers l’ennemi, baïonnette au fusil.

On croyait ainsi la première ligne de défense ennemie neutralisée.

Hélas non.

Pour les Allemands, ahuris, ils n’ont qu’à s’en donner à cœur joie à descendre à la mitrailleuse cette masse avançant lentement vers eux, comme des zombies dans un jeu vidéo.

En cette seule journée du 1er juillet, le bilan* de ce carnage se résumera à  21 322 morts et disparus, 35 493 blessés et une poignée (585) de blessés, pour un total de 57 400 mises hors de combat. Bref, la journée la plus meurtrière de l’histoire militaire de la Grande-Bretagne (incluant bien sûr les participations des loyaux sujets de l’Australie, du Canada, Bermudes, etc.

Dire qu’on envoyait des poussins mâles au broyeur pourrait être exagéré, mais bon…

*Tiré de Wikipédia

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.