Día de la Abolición del Ejército

1948. Dans une cérémonie en ce 1er décembre au Cartel Bellavista, le Président José Figueres Ferrer abolit l’armée comme institution permanente, geste qui sera officialisé par l’introduction de l’Article 12 à la Constitution du Costa Rica en 1949.

La conclusion d’une brève guerre civile (44 jours) encore fraîche, certaines sources diront que la motivation de Figueres d’abolir l’armée aura été d’éviter un potentiel coup d’état de la junte militaire. N’empêche, le Costa Rica aura depuis constitué la démocratie la plus stable de l’Amérique Centrale, sans guerres civiles, et un des rares pays au monde sans armée conventionnelle.

Puis en 1986, dans cet édifice du Cartel Bellavista, converti en musée national, le président Oscar Arias Sanchez proclamera le 1er décembre la  Día de la Abolición del Ejército (jour de l’abolition militaire). Félicitations à la République du Costa Rica, mais fêtez ça en famille, COVID oblige…

Et si notre premier ministre s’inspirait du Costa Rica? Comme ça, on pourrait mettre un terme à la fâcheuse propension à se procurer, à vil prix, des serpuariens des autres? On jase…