Journée des villes pour la vie

1786. On célèbre (discrètement) aujourd’hui l’anniversaire de la promulgation de la réforme du Code pénal abolissant, à Florence, la peine capitale par le grand-duc Léopold 1er de Toscane. Léo en profite également pour ordonner la destruction des instruments de torture et d’exécution.

Pour la petite bio, Peter Léopold Joseph Anton Joachim Pius Gotthard von Habsburg-Lothringen, un grand fan de la physiocratie et un souverain progressiste pour son temps, peinera à transposer, quelques années plus tard ses idéaux de société dans le rôle élargi (et bref) de Léopold II, Empereur du Saint Empire et Roi des Romains.

De toute évidence, il n’aura surtout pas touché le cœur de ses voisins français, à l’aube de leur révolution sanglante.

Encore aujourd’hui, l’abolition de la peine capitale (et de la torture) demeure un concept abstrait, sinon un pénible Work-In-Progress un peu partout dans le monde…