Quand une loi d’indemnisation provoque émeute et destruction

Archives municipales de Montréal

1849. Place d’Youville, les loyalistes anglos de Montréal sont en furie et convergent sur le Parlement du Canada-Uni, logeant au marché Ste-Anne. Dans le tumulte, un incendie se déclare, les émeutiers sabotent le travail des sapeurs et l’édifice sera emporté par les flammes*.

Mais que diantre a pu provoquer un tel scénario destructeur? 

Tout a débuté avec un controversé projet de loi pour indemniser les personnes dans le (jadis) Bas-Canada, dont les propriétés ont été détruites durant la rébellion des Patriotes de 1837-1838.  Celui-ci, proposé par le co-premier ministre réformiste Louis-Hyppolite La Fontaine (l’autre ‘’co’’ étant son pote Robert Baldwin), est inspiré d’une loi similaire préalablement adoptée dans le Haut-Canada quelques années plus tôt. C’est une opportunité symbolique de reconnaître également les droits des Canadiens français dans les deux Canadas.

Malgré l’opposition viscérale des tories, y voyant là une forme de ‘récompense’ autant aux méchants rebelles qu’aux loyaux sujets lésés de sa Majesté, le projet de loi est adopté. On pourrait débattre longtemps à savoir qui des rebelles ou des forces royales armées ont causé le plus de dommages, mais bon… Le dernier mot revient au gouverneur général, lord Elgin, qui contre toute attente, y donnera la sanction royale.

Blessé au Bas-du-corps, le Parlement siégera temporairement au marché Bonsecours et dans d’autres locaux. Montréal perdra ainsi son statut de capitale, alors que le Parlement passera en mode d’itinérance, passant en alternance pendant quelques années de Toronto à Québec, au déplaisir quasi unanime des parlementaires et des bureaucrates.  On finira éventuellement par s’entendre sur Bytown (ou Ottawa), un site neutre, bilingue et, pourquoi pas, bucolique sur la rivière des Outaouais, aux limites des deux provinces, pour ériger un site permanent au Parliament of Canada.

2019. Suite aux sautes d’humeur devenues routinières de mère Nature, il sera intéressant de voir ce que le premier ministre François Legault aura à offrir comme loi d’indemnisation aux victimes de crues printanières des eaux. À sa décharge, il aura eu à se faire les dents avec un autre programme d’indemnisation, celui-ci avec les détenteurs de permis de taxis…

* vous pouvez voir un intéressant clip sur l’évènement ci-dessous.  Désolé, je n’ai pu trouver de version française…