Manifeste de Brunswick

1792. La France nage en pleine Révolution. Si ce n’était pas suffisant en soi, le roi Louis XVI, fortement poussé par l’Assemblée législative (qui aura bientôt sa peau de toute façon), a depuis peu déclaré la guerre contre l’Autriche, puis son alliée, la Prusse.

En ce 25 juillet, Charles-Guillaume-Ferdinand, duc de Brunswick, chef de l’Armée prussienne, adresse au peuple de Paris un sympathique tweet

‘’rendant personnellement responsables de tous les événements, sur leurs têtes, pour être jugés militairement, sans espoir de pardon, tous les membres de l’Assemblée nationale, du département, du district, de la municipalité, et de la garde-nationale de Paris, juges de paix, et tous autres qu’il appartiendra ; déclarant en outre leurs dites majestés, sur leur foi et parole d’empereur et de roi, que si le château des Tuileries est forcé ou insulté ; que s’il est fait la moindre violence, le moindre outrage à LL. MM. le roi et la reine, et à la famille royale ; s’il n’est pas pourvu immédiatement à leur sûreté, à leur conservation et à leur liberté, elles en tireront une vengeance exemplaire et à jamais mémorable, en livrant la ville de Paris à une exécution militaire et à une subversion totale, et les révoltés, coupables d’attentats, au supplice qu’ils auront mérité’’.

Or on attribuerait plutôt la paternité du texte soit à des émigrés ayant fui la Révolution, soit à Louis XVI lui-même.  Quoi qu’il en soit, ce texte ne fera que galvaniser le ressentiment envers la famille royale et aboutira avec l’assaut sur les Tuileries le 10 août et le décret par l’Assemblée nationale de la déchéance du pouvoir exécutif du roi.

réaction parisienne au manifeste

2018. À ses amis iraniens, le président américain commet ce gentil petit tweet

« Au président Rohani : NE MENACEZ PLUS JAMAIS LES ÉTATS-UNIS OU VOUS SUBIREZ DES CONSÉQUENCES DONT PEU DE GENS ONT SOUFFERT TOUT AU LONG DE L’HISTOIRE. NOUS NE SOMMES PLUS UN PAYS QUI TOLÉRERA VOS PAROLES DÉMENTIELLES DE VIOLENCE ET DE MORT. FAITES ATTENTION! »

réaction iranienne au manifeste

Soupir…

de Révolution et baignoire nationale

1793. jean-baptiste-carrier-jpegSur la Loire, en cette nuit du 26 au 27 Brumaire An II (16-17 novembre), une barque à fond plat est coulée, entraînant la noyade d’environ 90 prisonniers qui y étaient entassés, tous des prêtres dits réfractaires. C’est la première d’une longue série de noyades de masse qui se dérouleront dans la Loire, soit jusqu’en février 1794. Ironiquement, l’incident, considéré comme un ‘’accident’’ par Jean-Baptiste Carrier, sera adopté quelques semaines plus tard comme standard par le Comité révolutionnaire de Nantes, qu’il dirige, en plus de la fusillade et la guillotine, pour expédier les exécutions des ennemis de la Terreur.

Selon les sources, on comptera entre 7 et 11 noyades organisées, liquidant une moyenne de 300 à 400 personnes, hommes, femmes et enfants.

Un commissaire civil de l’époque écrira aux administrateurs ‘’Ici on emploie une toute autre manière de nous débarrasser de cette mauvaise engeance.  On met tous ces coquins-là dans des bateaux qu’on fait couler ensuite à fond.  On appelle ça « envoyer au château d’eau ».  En vérité, si les brigands se sont plaints quelque fois de mourir de faim, ils ne pourront pas se plaindre de mourir de soif…’’.

J-B Carrier, ne manquant pas non plus d’humour, fera référence à ces exécutions de « déportations verticales », qualifiant la Loire de « fleuve républicain ».

plaque-noyades-de-nantes

En ce 26 Brumaire An CCXXV (aujourd’hui, selon le calendrier républicain français), espérons que les proches du président élu – dont il vaudrait mieux taire le nom, même si sa fille vend de beaux bijoux – feront preuve d’un peu plus de retenue envers l’engeance d’Amérique.

ivanka-bijou

 

Massacre de la Saint-Laurent

1792. Il est évidemment trop tôt pour évoquer l’éviscération en 2007/08 de la vénérée Main de Montréal, qui aura causé de lourdes pertes et victimes parmi les commerçants ayant pignon sur rue tranchée.

Jacques_Bertaux_-_Prise_du_palais_des_Tuileries_-_1793

Plutôt un clin d’œil à un autre massacre, celui de la Saint-Barthelémy deux siècles plus tôt, celui de la Saint-Laurent verra quelque 800 personnes, dont 600 gardes suisses perdre la vie en ce jour, lors de l’attaque du Louvre et des Tuileries par les fédérés et les sans-culottes.  Pour le roi Louis XVI et sa suite, c’est définitivement une mauvaise journée, le pire restant toujours à venir.  Avec cet évènement, la Révolution Française, déclenchée trois ans plus tôt avec la Prise de la Bastille, penche inexorablement vers la Terreur.

220px-Louis_le_dernier3_crop  Sans-culotte

La culotte, telle qu’illustrée sur une caricature d’époque du bon roi Louis XVI, se terminait en serrant sous le genou, laissant le mollet saillir glorieusement dans un bas fin.  L’appellation méprisante de sans-culottes attribuée par la noblesse et la bourgeoisie, non pas à une bande de pervers courant les rues les bijoux à l’air ou presque (mais ça viendra un jour), mais aux paysans et autres dignes représentants de la basse classe, deviendra vite le costume du révolutionnaire.

Paul-in-London_1000001152_(5894324900)

Il aurait été très malencontreux pour un Jean Airoldi de l’époque d’oser donner une contravention de style à un sans-culottes; il serait devenu sans-tête tellement vite qu’il n’aurait jamais pu avoir le bonheur d’apprécier le bon goût d’une camisole griffée Dan Bigras…

Lavoisier & Omar

1794. Antoine Laurent de Lavoisier, chimiste, philosophe, économiste et Fermier Général passe en ce 19 floréal de l’An II à la guillotine. C’est d’ailleurs ce dernier titre, attribué aux mandataires désignés par le roi pour le recouvrement des impôts, donc considérés par la Révolution comme ‘’les sangsues du peuple, une peste qui infecte le royaume, une vermine qui dévore la nation…’’ que lui et 27 de ses collègues perdront la tête sur l’échafaud.

Antoine_Laurent_de_Lavoisier

Considéré comme le père de la chimie moderne, c’est celui qui, avec l’élaboration de la nature du phénomène de combustion (oxydation rapide), viendra démolir la théorie phlogistique, développée un siècle plus tôt par J.J. Becher.  Mon érudition scientifique arrivant rapidement ici à sa limite, je ne m’avancerai pas davantage sur le sujet; disons que la contribution de Lavoisier  pourrait être l’équivalent chimique de la démontration que la Terre tourne autour du soleil, et non le contraire.

On lui attribuera la maxime ‘’Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme’’, mais la paternité de cet énoncé reviendrait plus à Anaxore de Clazomènes, philosophe astronome présocratique« (donc avant le bon vieux Socrate), soit un demi millénaire avant J-C.

Soucieux de terminer une de ses expériences au moment du prononcé de sa sentence, il voit sa demande de sursis rejetée du revers de la main par le président du tribunal révolutionnaire, le méchant  Jean-Baptiste Coffinhal qui lui lance ‘’La République n’a pas besoin de savants ni de chimistes; le cours de justice ne peut être suspendu.’’

Tiens, tout est question de perceptions, mais je vois ici un léger parallèle entre l’intransigeance de la révolution française et l’acharnement obstiné de notre bon gouvernement conservateur, entre autre avec sa loi C-51, à nous protéger de tout et de nous-mêmes.  On peut même entendre notre premier ministre s’adresser à la masse bêlante, entonnant ‘’La majorité des Canadiens et des Canadiennes sont d’accord avec…’’ pour justifier ses mesures.   Malgré tout, on peut se réjouir de voir un Omar Khader  (peut-on parler de la saison du Omar?) enfin respirer un peu d’air de liberté.  Et de voir aussi le Canadien enfin en gagner une, pour bien finir la semaine…