Mille milles à pied, ça use…

1809. Déjà notoire pour ses attributs athlétiques et ses prouesses piétonnes, le capitaine Barclay (Robert Barclay Allardice) entreprend ce 1er juin à Newmarket (G-B) une marche où il compte franchir 1000 milles, en 1000 heures consécutives, pour une gageure initiale de 1000 guinées (1 guinée = 1£ approx.).

Selon ma compréhension, dans un circuit en boucle d’une distance de 1 mille (1,61 kilomètre), il fera 1000 répétitions, jour et nuit, avec temps de pause à chaque cycle. Outre l’endurance physique, on peut imaginer la ’’dureté du mental’’ requise pour se taper mille fois le même satané parcours, aussi bucolique soit-il (en fait, l’était-il?) pour cumuler 1 610 kilomètres.

À une cadence moyenne variant entre 15 et 21 minutes/mille, il atteindra son objectif 41,67 jours plus tard (12 juillet) devant une foule enthousiaste, à temps pour savourer son exploit quelque 45 minutes avant l’heure limite, et empocher en gains l’équivalent de 5£ millions (ou 8,5$ millions) en devises d’aujourd’hui.

Ce qui me touche particulièrement dans cette histoire est que dans les 6 semaines écoulées entre le 1er juin et le 12 juillet, la masse du capitaine écossais serait passée de 84,5 kg (186 lbs) à 70 kg (154 lbs).

Au revoir, parti marcher!…