La tomate au tribunal

1893. Les annales des cours de justice foisonnent de causes initiées par l’interprétation lexicale des choses, comme l’illustre l’affaire Nix v. Hedden chez nos amis du Sud.

C’est par une décision unanime que les juges de la Cour suprême des États-Unis, présidée par l’honorable Horace Gray, statuent en ce 10 mai que malgré sa définition botanique, la tomate doit être reconnue comme un légume, telle que toujours considérée dans le langage populaire.

La source du litige est l’introduction, dix ans plus tôt, d’une loi douanière imposant des droits sur l’importation de légumes, mais pour une raison qui m’échappe, pas sur les fruits.

La plaignante, la John Nix & Co., importatrice majeure de fruits et légumes de New York, contestant les droits douaniers exigés pour ses tomates, soumet à la cour comme évidence la définition de la tomate, telle que décrite dans les dictionnaires Webster, Worcester et Imperial.  

Le défendeur, Edward L. Hedden, trésorier du port de New York, responsable de la collecte des tarifs, se sert des mêmes dictionnaires pour démontrer que des équivalents tels la courge, le concombre et le poivron sont également définis comme fruits, mais tous perçus comme légumes.

La plaignante revient à la charge en soumettant d’autres légumes, toujours tirés des mêmes dictionnaires, comme le haricot, la patate et la carotte. Alors là je ne sais trop où la poursuite voulait en venir avec ces nouveaux ‘’témoins’’, mais de toute évidence, elle a fait chou blanc.

On sait tous aujourd’hui que la tomate n’a pas sa place dans une salade de fruits, à moins bien sûr de convertir cette dernière en ketchup.

Puisque rendues dans le ketchup, mes recherches m’apprennent que ce condiment, tout comme la relish, sa cousine, avait été promu en 1981 au titre de légume par la Food and Drug Administration (FDA). Ce geste, dans la foulée de compressions budgétaires de l’administration Reagan, aurait permis de remplacer une portion de légumes frais dans les menus de cantines scolaires par le (plus économique) ketchup, provoquant un tollé du côté des nutritionnistes et des démocrates. 

L’actuel fin gourmet logeant à la Maison-Blanche aurait-il eu le culot de poser un tel geste?…

Alfalfa & Donald

1932. Dans son édition d’aujourd’hui, le TIME met en vedette William Henry Davis Murray, lancé dans la course à l’investiture démocrate pour la présidence des États-Unis d’Amérique.

time-19320229

Apôtre de la suprématie blanche et ségrégationniste, le coloré et bouillant gouverneur de l’Oklahoma, affectueusement surnommé Alfalfa Bill, aura fait sa marque en politique en cette époque de la Grande Dépression, dénonçant le corporatisme et les profiteurs, n’hésitant pas durant son mandat à proclamer la loi martiale à une trentaine de reprises, lançant la Garde Nationale de l’état pour des causes diverses.  Ainsi, il forcera la réouverture d’un pont inter-état, bloquée par son homologue texan qui insistait à ce qu’il soit à péage; il forcera également la fermeture de centaines de puits de pétrole pour faire remonter le prix du brut, ou encore surveiller la vente de billets pour les matchs de football de l’Université de l’Oklahoma (…).  Inspirant pour nos élus locaux, non?  Hélas, ses aspirations à la présidence ne feront pas le poids face à un rival de la trempe de Franklin D. Roosevelt.

2016. rs_634x845-150820072538-634.Donald-Trump-Time-Magazine-JR-82015Une édition plus récente du prestigieux magazine affichait sur sa couverture une autre ‘bibitte’ convoitant l’investiture, cette fois-ci du parti républicain, au grand dam de l’establishment du GOP. S’il triomphe, le très volubile magnat de l’immobilier promet de bâtir une muraille à la frontière mexicaine et de foutre les illégaux en général et les islamistes en particulier à la porte. Rien de moins.  D’ailleurs, s’il lui reste assez de ciment, il ne serait pas totalement exclu d’envisager d’emmurer également son voisin au nord, ce dernier considéré un peu trop accueillant, à son goût, pour les réfugiés.   Ceci constituerait un beau pied de nez à la mémoire d’un président qui, devant la Porte de Brandebourg il y a près de 30 ans, aura réclamé la destruction du mur de Berlin.

220px-ReaganBerlinWall

Demain, c’est Super Mardi.  Il ne restera donc plus que 40 jours avant l’inauguration de la saison de golf du CH, mais surtout, 298 jours avant Noël

2014-08-11

1596. Hamnet, fils de Jane Hathaway et William Shakespeare et frère jumeau de Judith, décède à l’âge de 11 ans, probablement emporté par la peste bubonique.  Selon certains historiens, la douleur causée par son départ aura une influence sur les textes subséquents de son paternel, tels Hamlet et King Lear, pour n’en nommer que deux.

1934. Grande ouverture aujourd’hui du pénitencier fédéral d’Alcatraz, dans la baie de San Francisco, accueillant pour l’occasion ses 137 premiers pensionnaires, accompagnés de 155 membres du personnel.

1968. Beau geste de la part de William Bartholomay, le propriétaire des Braves d’Atlanta, en signant Satchel Paige, alors âgé de 62 ans, à un contrat comme lanceur-instructeur pour le reste de la saison, ainsi que celle de 1969, permettant ainsi l’éligibilité de ce dernier à une pension des ligues majeures de baseball.

1984. ‘’Mes chers concitoyens, je suis ravi de vous annoncer aujourd’hui que je viens de signer une loi bannissant la Russie pour toujours.  Le bombardement va commencer dans cinq minutes.’’  Citation à la blague du président américain Ronald Reagan en testant son micro avant une allocution à la radio, réalisant après coup qu’il était en ondes.  Parions que les mêmes paroles doivent par moment flotter dans la tête d’Obama…

Si vous êtes du genre matinal, vous aurez pu avoir la chance d’admirer la magnifique pleine lune ce matin.  Réalisez-vous qu’il n’en reste que quatre avant Noël?…